Encadrer la jeunesse : l’enseignement jésuite
Contrat de fondation du collège jésuite d’Agen (1591)

5670 mots 23 pages
Séance du 3 mars. Exposé : Encadrer la jeunesse : l’enseignement jésuite
Contrat de fondation du collège jésuite d’Agen (1591)

Pour commencer, j’emploierai la même formule du fondateur de La Compagnie de Jésus, Ignace de Loyola, qui recommandait à ses disciples de parler « de manière amicale » et d’écouter « tranquillement pour mieux apprécier le point de vue des orateurs »…La Compagnie de Jésus, en latin Societas Jesu, signifie l’engagement au service du Christ. En Réalité le terme de jésuite, qui désigne les membres de la Compagnie de Jésus, est antérieur à la fondation de la compagnie et l’on rencontre déjà le mot latin jesuita dans le sens de « bon chrétien », disciple de jésus à la fin du moyen âge en Europe.
Le texte ci-présent est un contrat, on relève donc la nature juridique du document qui réglemente la structure et les objectifs des jésuites du collège d’Agen. Rédigé le 23 juillet 1591 à l’hôtel épiscopal de la ville d’Agen, le texte mentionne les différents articles qui réglemente l’administration des jésuites à Agen et ne manque de rappeler les différents protagonistes qui encadrent et interviennent dans ce contrat tel que de Sieur Redon, procureur de la Reine et du sieurs fondateurs, le père Dupuy, provincial qui est représentant de son général. D’autre part, la nature juridique du texte révèle là d’une certaine manière le caractère très réglementaire de l’organisation des jésuites en général qui passe par la rédaction de Constitutions, de déclarations et de contrats notamment ici avec les mission d’enseignement et religieuse présentent dans le contrat de fondation du collège d’Agen.
Pour mieux saisir l’importance de la présence jésuite, il faut dès lors expliquer le contexte et cela commence par quelques rappels d’importance primordiale. Dès le début du XVI ème siècle, les calvinistes, zwinglien, anglicans et radicaux veulent réformer l’Eglise Chrétienne dans sa pratique. Désemparé, l’église voit la situation lui échappé et

en relation