Epicerie

3632 mots 15 pages
Le marché de l’épicerie fine et des produits alimentaires haut de gamme à 2012
Distributeurs spécialisés vs grande distribution alimentaire : quelles nouvelles offensives ?

Alors que la crise économique entraîne des coupes claires dans la consommation des ménages, le statut « de produits plaisir » de l’épicerie fine semble encore épargner à ce segment un véritable décrochage. Certes, la baisse du pouvoir d’achat des Français et une moindre fréquentation touristique, en particulier dans la capitale ne sont pas de bon augure pour le marché. Mais les moteurs de la croissance restent nombreux, à commencer par la démocratisation de l’offre en épicerie fine, qui induit une cible de clientèle de plus en plus large. Epicerie fine et alimentaire haut de gamme ne sont en effet plus uniquement synonymes des grands noms de la Place de la Madeleine à Paris (Hédiard, Fauchon, Kaspia…). L’offre s’est développée dans les grandes surfaces alimentaires avec le référencement de produits haut de gamme dans l’alimentaire (foies gras, saumons fumés, caviar pour certaines enseignes) et dans les alcools (champagnes, grands vins). Les enseignes de la grande distribution alimentaire ont par ailleurs misé sur leurs marques propres « premium » (Monoprix Gourmet, Sélection Carrefour, Les Saveurs U, etc.). Le marché de l’épicerie fine et des produits alimentaires haut de gamme bénéficie également d’une tendance structurelle privilégiant le « mieux manger ». La dimension plaisir dans l’alimentation est une variable en hausse structurelle depuis la fin des années 1990 et qui s’accompagne d’un très net regain d’intérêt pour la cuisine (boom des livres de cuisine, multiplication des cours de cuisine…). Enfin, le segment fait partie des postes qui échappent structurellement aux ajustements des ménages dans leur consommation. Alors que les dépenses en restauration hors foyer sont les premières sacrifiées lors des crises économiques, l’épicerie fine profite en partie d’un report vers une

en relation

  • Épicerie sociales
    2251 mots | 10 pages
  • epicerie sociale
    847 mots | 4 pages
  • Les épiceries sociales
    641 mots | 3 pages
  • Épicerie sociale
    7057 mots | 29 pages
  • Epicerie sucrée
    3445 mots | 14 pages
  • Épicerie sucrée
    2729 mots | 11 pages
  • Document épicerie solidaire
    5345 mots | 22 pages
  • Epicerie sucrée
    8697 mots | 35 pages
  • Lecture analytique les epiceries
    497 mots | 2 pages
  • Etude de marché épicerie sucrée
    8867 mots | 36 pages