erreur de la vente

1950 mots 8 pages
DROIT INTERNATIONAL PUBLIC
FS1
TY JANITH
THACH SAVRITH
DISSERTATION
EST-CE QUE LA SOUVERAINETÉ DE L’ÉTAT DÉTTACHE DE LA VOLONTÉ DE LA
COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE ?
L’examen d’État, la souveraineté et la communauté internationale est celui des sources du droit international. En effet, l’État en matière du droit interne, il se compose en 3 éléments constitutifs tels que le territoire, la population permanent et un gouvernement qui jouit la souveraineté avec lesquels est insuffisant la définition en droit international. Alors que la souveraineté est celle qui donne le titre à l’État, autrement dit l’État souverain, lui, est suprême, et aussi non pas d’autre pouvoir supérieur à l’État. Par ailleurs la communauté internationale est un ensemble des États qui se groupent afin d’un ou plusieurs objectifs communs. Et ce sont plutôt des États plus influents tels que les membres des Nations Unies, le
G8, et le G20. En droit international ces 3 critères sont plus étroits et même en lien, c’est-àdire l’un a besoin des autres. Il ne faut pas le manquement un des éléments dans leurs valeurs.
À partir de cela, il nous permettra de poser la question juridique que: « Est-ce que la souveraineté de l’État détache de la volonté de la communauté internationale ».
Pour répondre à cette question, il sera étudié en premier lieu les critères de l’État et de la souveraineté au niveau international(I), et en second lieu les rapports juridiques entre l’État souverain et le droit international et les autres éléments acquis vis-à-vis sur le plan international(II). I. Critères de l’État et de la souveraineté au niveau international
Dans cette partie, il contiendra d’étudier d’abord l’État définissant sur le plan international(A) et ensuit d’aborder de la souveraineté due de la communauté internationale(B)
A. État définissant au sens du droit international
Dans toutes les branches du droit, la définition de l’État est tout à fait commun qu’il se forme sur 3 éléments

en relation

  • Vente de maison: 6 erreurs à éviter
    756 mots | 4 pages
  • Commentaire
    2615 mots | 11 pages
  • Droit
    7098 mots | 29 pages
  • Commenaire civil 20 octobre 2010
    1402 mots | 6 pages
  • Obligations
    3018 mots | 13 pages
  • Commentaire de l'arrêt de la cours de cassation du 13 février 1983, affaire poussin.
    1716 mots | 7 pages
  • 6 ERREUR
    1347 mots | 6 pages
  • Commentaire d'arret 21 mai 2008
    3036 mots | 13 pages
  • Cass civ 3eme 20 oct 2010 : l’erreur de droit
    3004 mots | 13 pages
  • Cour de cassation, 21 mai 2008 sur l'erreur-obstacle
    2546 mots | 11 pages