Esqfsefsfeefqe

103600 mots 415 pages
GLOSSAIRE
DU
PATOIS NORMAND,
PAR M. LOUIS DU BOIS;
AUGMENTÉ DES DEUX TIERS, ET PUBLIÉ
PAR M. JULIEN TRAVERS.

CAEN,
TYPOGRAPHIE DE A. HARDEL, ÉDITEUR,
RUE FROIDE, 2.
1856.

PRÉFACE DE L'ÉDITEUR.

La dernière fois que je visitai dans sa retraite de Mesnil-Durand le savant Louis Du Bois (en octobre 1854), ce laborieux vieillard, plus qu'octogénaire, me montra un Glossaire du Patois Normand qu'il avait commencé vers la fin du dernier siècle, et me pria de lui chercher un éditeur. Je parcourus ces pages, je les emportai, et bientôt un homme d'intelligence et de goût prit à ses risques et périls les frais de l'impression.
L'auteur n'avait pu y mettre la dernière main, occupé qu'il fut toute sa vie d'autres compositions, et il avait vu avec peine sa publication devancée par le Dictionnaire du Patois Normand que firent paraître, en 1849, MM. Édélestand et Alfred Duméril. La douleur qu'il en ressentit le rendit injuste envers ces philologues si distingués, et il s'attacha, dans une révision de son Glossaire, à critiquer durement ce qu'il prenait pour des erreurs dans leur Dictionnaire. Comme il est mort pendant le tirage des premières feuilles de son livre, il m'a été loisible d'effacer à peu près toutes les traces de son dépit. Que font au mérite, qu'importent à la vérité les petites taquineries de l'érudition?
J'avais pensé d'abord qu'à cela seul se bornerait la révision du travail; mais à mesure que je lisais les feuillets pour les envoyer à l'impression, je m'apercevais des fautes communes à MM. Du Bois et Duméril, qui avaient rangé parmi les mots patois des mots admis dans le Dictionnaire de l'Académie française, et qui semblaient avoir ignoré une foule d'expressions usitées dans toute la Basse-Normandie. J'écrivais celles qui me revenaient à la mémoire; je doublais certaines pages du manuscrit; j'ajoutais des mots nouveaux sur les épreuves; je regrettais, en voyant les feuilles tirées, des omissions fort graves; je me résignais enfin à provoquer, par

en relation