Essai - Der Ewige Jude et le bouc émissaire

399 mots 2 pages
Der Ewige Jude (Le Juif éternel) est en grande partie responsable pour la mort de millions de Juifs innocents. Avant le visionnement de ce long-métrage, cette affirmation m’aurait semblé exagérée : j’aurais trouvé quelque peu ridicule que l’on blâme un film pour l’un des pires génocides des temps modernes. Cependant, mon opinion a définitivement changée, et ce en un peu moins d’une heure. La haine envers les Juifs qu’inspire cette pièce de propagande est tout simplement révoltante. Du point de vue d’un Allemand vivant dans l’entre-deux-guerres, par contre, Der Ewige Jude est une révélation. En effet, il comprend enfin d’où provient son malheur : on lui démontre rigoureusement que la misère nationale est causée par les Juifs. L’Allemand, épuisé de vivre dans un pays déchiré par la pauvreté, ne tente même pas d’analyser de façon rationnelle ce qui lui est présenté. Il se limite plutôt à son instinct, à ses émotions. De cette manière, à la fin du documentaire, lui ainsi que la majorité du peuple allemand sont convaincus que les Juifs, ces parasites, ces rats, doivent être exterminés.
L’Allemagne a donc élu son bouc émissaire. Toutefois, il est important de réaliser que l’on n’a pas choisi les Juifs par hasard. On leur en veut déjà énormément : on en veut à leur argent, on en veut à leur pouvoir, bref, on en veut à leur bien-être. Donc, on essaie de faire croire qu’avec la disparition des Juifs disparaîtra la crise économique. Ce but est atteint bien trop facilement, et on unit la nation entière sous une quête commune, soit celle d’éradiquer à jamais la présence du parasite juif. À mon avis, il est bien lâche d’accuser le peuple juif, un peuple sans défense qui n’a rien à voir avec les difficultés de l’Allemagne. Sans même que l’on comprenne pourquoi, les Juifs se voient pourchassés à travers l’Europe, décimés par millions. Je trouve lamentable que pour se relever au niveau économique et social, l’Allemagne nazie ait jugé nécessaire d’assassiner des masses

en relation

  • Histoire 1ere s
    179160 mots | 717 pages