ESSAI FINALEEE

1183 mots 5 pages
Melissa TADDEO Français: communication orale et écrit groupe 1090

L’INFLUENCE DE L’APPARENCE SUR L’ESTIME DE SOI

Travail présenté à
Mme Nathalie Éthier

Département de littérature
Collège Édouard-Montpetit
Le 4 mai 2015

Miroir, miroir dis-moi si je vais apprendre à aimer ce que je vois?

Désir de perfection
Est-il juste d’accorder autant d’importance à l’image que l’on projette? Le corps définit-il la personne que l’on est? La peur du rejet et de la différence sont, probablement, à l’origine de l’obsession pour l’apparence, puisque le corps constitue le premier contact avec autrui et qu’il représente souvent le seul point de repère sur lequel se baser avant de connaitre réellement un individu, par conséquent le paraitre devient très important. L’estime de soi n’est qu’une question de perception, une évaluation que l’humain se fait de lui-même. Une faible estime de soi résulte d’un écart majeur entre le soi réel et le soi idéal. Je réprimande les normes de beauté irréalistes que renvoie la société d’influencer l’importance de cet écart. À notre époque, divers critères sont inévitables pour atteindre un épanouissement personnel tel que la minceur pour la femme et les muscles pour l’homme. C’est ce qui m’amène à croire que la capacité de s’aimer est réduite à notre enveloppe corporelle et que l’image projetée par le corps est la source de l’inégalité entre les individus. Je dirais même que l’apparence physique influe sur le sentiment de compétence. Cette hypothèse est construite à partir du personnage de Sol, tiré du roman Lignes de faille de Nancy Huston. Ce bambin narcissique, âgé de six ans est persuadé qu’il est le roi Soleil et que le seul obstacle à sa perfection est sa tache de naissance: « Mon seul défaut c’est ce grain de beauté́ sur la tempe gauche. Grand comme une pièce de 25 cents, rond et en relief, marron et duveteux. Défaut minime, mais le corps est un temple et le moindre défaut doit être éliminé du temple de Solomon,

en relation

  • Les territoires de la mémoire
    10852 mots | 44 pages
  • Les classiques
    41640 mots | 167 pages
  • Arithmétique
    70876 mots | 284 pages