Essai

25671 mots 103 pages
Dossier : Ecole : l'inégalité des chances ?

Dossier publié le 18.12.06 par « Le Monde »

« Egalité des chances" : l'expression a été utilisée la première fois par Jean-Pierre Chevènement en 1986. Depuis, ses successeurs à la tête du ministère de l'éducation parlent tous d'école plus juste, plus mixte et plus égalitaire. Pure utopie ? ZEP, carte scolaire, collège unique et réformes pédagogiques ont été mis en place. Résultat : peut mieux faire car l'école crée ses propres inégalités, comme l'ont cristallisé les émeutes des banlieues en 2005 et le mouvement anti-CPE en 2006. Dans la perspective de la présidentielle en 2007, l'éducation est un thème prioritaire de campagne à droite comme à gauche. Mais pour faire quoi ? Réformer le système en profondeur ou le maintenir avec plus de moyens ?

"Egalité des chances, une expression, un principe et une loi"

Egalité des chances, une expression, un principe et une loi
Publié le 01.12.06 | 15h12

L'égalité des chances... Des mots qui circulent d'un gouvernement à l'autre, qui passent d'une école à l'autre, tel le titre d'une récitation apprise par cœur par l'ensemble des acteurs scolaires. Mais de quoi parle-t-on ?

L'égalité des chances, c'est une expression. Elle apparaît pour la première fois dans un discours de Jean-Pierre Chevènement, alors ministre de l'éducation, le 7 février 1986. Depuis, tous ses successeurs s'approprient la formule, l'école devant assurer l'égalité des chances pour tous les élèves.
L'égalité des chances, c'est aussi un principe. L'école républicaine, obligatoire et gratuite doit assurer l'égalité entre les citoyens. La France, comme le rappelle le sociologue François Dubet, est attachée à l'idée de justice. La tradition républicaine et anti-aristocratique repose sur le principe selon lequel la seule manière de produire des inégalités acceptables, c'est de construire une compétition qui permettrait de dégager une autre hiérarchie sociale, s'opposant ainsi aux hiérarchies tenant à

en relation

  • Essai essai
    330 mots | 2 pages
  • Essai
    8237 mots | 33 pages
  • les essais
    1958 mots | 8 pages
  • Essai
    322 mots | 2 pages
  • Essai
    428 mots | 2 pages
  • Essai
    298 mots | 2 pages
  • Essai
    407 mots | 2 pages
  • Essai
    11101 mots | 45 pages
  • Essais
    943 mots | 4 pages
  • Essai
    674 mots | 3 pages