Essais littérire

458 mots 2 pages
Dédé Fortin est né en 1962 dans le petit village de Saint-Thomas-Dydime, au nord du Lac-Saint-Jean. Pour ma part, je suis née en 1993, dans la grande ville de Sherbrooke. Vous dirais sûrement, mais quel est le lien à faire ? Et bien je vais vous dire … il n’y a aucun lien à faire entre la date ou le lieu de naissance de Dédé Fortin et le mien. Là où tout change, c’est dans le récit de sa courte vie, et de la mienne.

Vous savez, dans la vie nous avons tous des choix à faire. Pour certains ces choix sont faciles à faire puisqu’ils ont une confiance en eux-mêmes, en ce qu’ils désirent … Mais ce n’est pas le cas pour tout le monde. Comme Dédé Fortin, j’ai fait ‘’souffrir’’ plusieurs personnes à qui je tenais énormément. Mais vous devez comprendre une chose, ce n’était pas voulu de vous faire souffrir, de vous faire mal. Notre mal à l’intérieur était si fort, costaud, invincible, musclé, puissant, robuste, solide que nous ne savions plus comment le détruire. Ce n’était plus une simple question d’oublier les choses, car nous l’avons déjà trop fait souvent, c’était rendu à un point tel qu’il fallait prendre les choses en main et stopper cette ‘’bouffe énergie’’. Mais là, s’il vous plaît, arrêter de tout vous mettre sur le dos, vous savez, ce n’est pas à cause de vous que Dédé Fortin et moi-même, dans ce cas précis, avons souffert, C’EST À CAUSE DE NOUS. Pour ma part, j’ai préféré me faire souffrir et ne pas partager ces immenses douleurs avec vous, pour ne pas que vous soyez, à votre tour, pris dans ce cercle vicieux. Et ce cercle vicieux est principalement causé par les répercussions dues à une trop abominable, détestable, épouvantable, exécrable, horrible estime de soi-même.

>

Vous savez, l’estime de soi se travail dès le plus jeune âge, dès la première expérience sur l’ouverture du monde, sur la perception, les sentiments et émotions que l’on ressent face à celle-ci : >. Vous savez ce que cette phrase signifie ? Elle signifie que de s’ouvrir aux autres ça

en relation