etude_critique_de_2_documents_dhistoire_la_guerre_des_ondes_durant_la_seconde_guerre_mondiale

1678 mots 7 pages
Classe de terminale L-ES Octobre 2013

Etude critique de documents d’histoire

La guerre des ondes durant la Seconde Guerre mondiale.

Consigne : Présentez ces documents en insistant sur leur contexte, et montrez dans quelle mesure ils mettent en exergue le rôle joué par les médias en France durant la Seconde Guerre mondiale.

Document n. 1 A : L’annonce de l’armistice (17 juin 1940).

Le 17 juin 1940, le maréchal Pétain annonce à la radio son intention de demander un armistice à l’Allemagne.
« Français !
A l’appel de M. le président de la République, j’assume à partir d’aujourd’hui la direction du gouvernement de la France. Sûr de l’affection de notre admirable armée, qui lutte avec un héroïsme digne de ses longues traditions militaires contre un ennemi supérieur en nombre et en armes, sûr que par sa magnifique résistance elle a rempli son devoir vis-à-vis de nos alliés, sûr de l’appui des anciens combattants que j’ai eu la fierté de commander, sûr de la confiance du peuple tout entier, je fais à la France le don de ma personne pour atténuer son malheur.
En ces heures douloureuses, je pense aux malheureux réfugiés qui, dans un dénuement extrême sillonnent nos routes. Je leur exprime ma compassion et ma sollicitude. C’est le cœur serré que je vous dis aujourd’hui qu’il faut cesser le combat.
Je me suis adressé cette nuit à l’adversaire pour lui demander s’il est prêt à rechercher avec moi, entre soldats, après la lutte et dans l’honneur, les moyens de mettre un terme aux hostilités. Que tous les Français se groupent autour du gouvernement que je préside pendant ces dures épreuves et fassent taire leur angoisse pour n’écouter que leur foi dans le destin de la patrie. »

Philippe Pétain, extrait du discours radiodiffusé par Radio France, le 17 juin 1940. Document n. 1 B : La France Libre vue par le régime de Vichy.

Un fourrier est un soldat chargé des vivres et du logement dans un régiment. Affiche éditée par l’Institut

en relation