Etude du chapitre 11 de "frankestein"

835 mots 4 pages
Chapitre 11 – Frankestein (Mary Shelley)

Dans ce chapitre, le monstre commence à raconter son histoire. Il parle de ses "sensations" et de ses sens ("vu", "senti", "entendu", "goûté"), mais pour le moment, il ne savait pas ce qu’il ressentait : il était pratiquement perdu dans un monde "confus" et "indistinct". Il raconte sa "naissance", due à l’électricité (" la forte lumière"). Juste après cet évènement, il quitta l’appartement de Victor. Ce départ provoque un changement d’émotions chez lui : avant, le "noir", "l’opacité" la mort l’encerclaient. Même s’il se sentit libéré, il eut rapidement un problème majeur : il ne pouvait supporter la lumière, et dut chercher un endroit ombragé. Pour lui, il était un bougre, tout comme le nomme Victor. Nous pouvons noter que la créature ne parle jamais du jeune homme. Le monstre raconte qu’il commença à avoir des réactions humaines : il pleura parce qu’il souffrait. Il vit soudain une "belle lumière" (la lune) qui lui permit de chercher des baies et de trouver un manteau. Ce secours pourrait provenir de Dieu, qui aiderait la créature car elle n’est pas responsable des agissements de Victor. De plus, nous pouvons supposer que Dieu a apporté au monstre la connaissance : de cette manière, quand la lumière disparut totalement, il sut clairement ce qu’il sentait, fut capable de différencier le chant des oiseaux de la forêt et de supporter la lumière du jour.

Un jour, il trouva un feu (cf Prometheus, qui donna le feu aux premiers hommes selon la mythologie grecque). Il fit des expériences, ce qui pour lui est le seul moyen de comprendre le monde qui l’entoure (tout comme l’a fait Victor) : il apprend que le feu brûle, ce qui compose un feu (du bois sec) et comment le bois s’enflamme. Il découvre également qu’il peut cuire sa nourriture, ce qui la rend d’ailleurs plus savoureuse (viande, fruits). Mais il craint que le feu s’éteigne, c’est pourquoi il le protégea. Il fut d’ailleurs attristé de devoir quitter la forêt (il

en relation

  • Socio générale
    64286 mots | 258 pages