Etude marché sur les cosmetique

1598 mots 7 pages
Économie - Revue de presse

* Thème 1 : L’exile fiscale des français
Métro [13.12.12] - La polémique refait surface à l’heure où Gérard Depardieu annonce le lieu de sa nouvelle résidence : la Belgique (il s’est installé à la frontière belge). Ce n’est pas le 1er à faire parler de lui : Christian Clavier, son compère dans « Astérix et Obélix » et Bernard Arnault (LVMH). Métro titre donc « Exil : une idée fisc ».
La raison de ces exiles qui font parler ? « La droite dénonce une "chasse aux riches" et stigmatise la politique fiscale de la gauche. ». La gauche elle, défend l’idée de la solidarité, nécessaire en cette période de crise.
Pourtant l’exil fiscal des contribuables les plus fortunés est bel et bien réelle et de plus en plus importante ! Jean-Sébastien Dumont, de Nixon Peabody dit à ce sujet : « On a assisté à une vague de départs lors de la présidentielle, puis à une seconde depuis la rentrée avec les lois de finances ». Le cabinet tournait à quatre expatriations par an. Il en aura enregistré une quinzaine en 2012.
En cause ? Le durcissement de l'ISF, la taxe à 75% au-delà d'un million d'euros, mais pas seulement. C’est aussi « l'incertitude fiscale ». "Ceux qui partent sont davantage des dirigeants relativement jeunes, qui n'ont aucune intention d'arrêter de travailler ou de vendre leur entreprise". Vincent Drezet, du syndicat Solidaires finances publiques, souligne : "Seuls 717 redevables de l'ISF sont partis en 2010. Et pas tous pour raisons fiscales". Soit une perte moindre de 16 ou 17 millions d’euros sur les 4 milliards que l’ISF a rapporté en 2010. Il faudra attendre les déclarations de revenu 2013 pour se faire une idée de la note laissée par les exilés cette année.
Le président de la commission des Finances de l'Assemblée Gilles Carrez definit la France comme une zone de « sur-pression fiscale » susceptible d'engendrer une accélération des départs en 2013". Il apparait un taux d'imposition sur les valeurs mobilières à peu près le double

en relation

  • Etude de marché des cosmétiques
    5735 mots | 23 pages
  • Etude du marché des cosmétiques
    2445 mots | 10 pages
  • etude de marché cosmétique
    1787 mots | 8 pages
  • Étude de marché cosmétique
    474 mots | 2 pages
  • Étude de marché cosmétique biologique
    1318 mots | 6 pages
  • Étude de marché dans le secteur des cosmétiques
    9819 mots | 40 pages
  • Étude de marché : la cosmétique en australie
    4290 mots | 18 pages
  • Etude de marché - cosmétiques bio
    6425 mots | 26 pages
  • Etude de marché cosmetique france
    5282 mots | 22 pages
  • Etude de marché cosmétiques biologiques
    7749 mots | 31 pages