Explication de texte sur incipit de "la main d'écorché" - maupassant.

655 mots 3 pages
Explication de texte :
La main d’écorché

« La main d’écorché » est une nouvelle de Maupassant parue en 1875 dans « L’Almanach Lorrain ». Il s’agit d’une nouvelle fantastique, bien qu’on y retrouve l’emprunte du Réalisme, un mouvement auquel Maupassant appartenais. Ce courant littéraire et artistique du XIXe siècle, privilégie la représentation exacte de la réalité humaine. L’incipit étudié raconte qu’un ami du narrateur, Louis R., arrive en plein milieu d’une soirée où s’étais réuni quelques un de ses camardes de collège en présentant une affreuse main d’écorchée , et il se trouve que cette main appartenais à un célèbre criminel supplicié en 1736.
En quoi cette nouvelle allie le fantastique et le réalisme ? Quels sont les indices laissant penser à un dénouement tragique ?
En premier lieu nous étudierons les procédés utilisés par Maupassant qui permette a son histoire de paraître réaliste, puis nous nous pencherons sur tous les petits indices que laisse l’auteur pour « prévoir » la fin par soi-même.

Bien que considérée comme une nouvelle fantastique, on retrouve dans La main d’écorché des procédés tirés du réalisme, par exemple, quand le narrateur n’énonce que l’initial de son ami, ou l’initial de la ville dont il reviens « […] un de mes amis, Louis R… » ; « […] Je viens de P… en Normandie ». On voit aussi cela à des détails laissant l’impression que, certes, il s’agit là d’une histoire fantastique, mais que le « contexte » est tout à fait banal : « et en racontant, de temps à autres, quelques joyeusetés, ainsi que cela se pratique dans les réunions de jeunes gens. ». La descriptions objective et très détaillée de la main fait également pensé à une histoire vraie : « cette main était affreuse, noir, sèche, très longue et comme crispée, les muscles, d’une force extraordinaire, était retenus à l’intérieur et à l’extérieur par une lanière de peau parcheminée, les ongles jaunes, étroits, étaient restée au bout des doigts; tout cela sentait le scélérat d’une

en relation

  • La nouvelle fantastique
    6919 mots | 28 pages
  • la main dans le fantastique
    3460 mots | 14 pages
  • Reconnaissance des acquis et des compétences
    15750 mots | 63 pages