Exposé nadja, andré breton

1998 mots 8 pages
Nadja, c’est l’histoire d’une rencontre. Rencontre entre l’auteur, André Breton, et une jeune fille répondant au nom de Nadja. Nous pouvons dire que cette jeune fille incarne à elle seule le surréalisme, on peut avoir l’impression qu’il s’agit de la rencontre d’un auteur appartenant au courant surréaliste, et du surréalisme incarné. On ne peut pas affirmer qu’il s’agit là d’une histoire inventée du début à la fin, ou tout du moins nous n’en connaissons pas la part de vérité.

Breton et les surréalistes rejettent la description, pour eux ce sont les cartes postales qui n’expliquent rien. Breton explique dans sa préface, rédigée en 1962, soit plus de 30 ans après la première édition du roman, que dans les romans où se trouvent des photos, il ne devrait pas y avoir trop de description. Dans Nadja, il décrit peu les paysages où ils se trouvent, il en met des photos, ce qui en un sens est antilittéraire.
La photo rendrait donc inutile la description, or ce n’est pas le cas ici. Barthes parle de studium et de punctum : dans Nadja, nous sommes la majorité du temps, dans le punctum. Les photos accompagnées du texte (sans parler de leur légende qui, à mon sens, n’est là que pour nous indiquer à quelle partie du texte la photo s’ajoute), sont poignantes, elles peuvent même aller jusqu’à parler d’avantage que le texte (sans les images des peintures présentes chez Breton, nous ne saurions pas ce qui frappe Nadja lorsqu’elle les voit), ou le complète.
Pour Barthes, et on le voit bien dans Nadja, une photo témoigne de ce qui « a été », d’une réalité passée, la photo saisissant un instant qui après la prise, a été. La photo dans Nadja peut être qualifiée de « certificat de présence ».
En effet, pour l’essentiel, les photos du roman sont des déserts humains, nous ne voyons de présence humaine ni dans les rues ni dans les terrasses ni même dans les reflets des vitrines. Ce qui se dégage principalement de ces photos, c’est la présence quasi fantomatique de Nadja et Breton

en relation

  • André breton
    26852 mots | 108 pages
  • Andre breton- nadja
    2787 mots | 12 pages
  • La beauté convulsive des surréalistes
    3083 mots | 13 pages
  • Salut
    6380 mots | 26 pages
  • Fiche de lecture de mémoire d’une jeune fille rangée
    21325 mots | 86 pages
  • Kikiwis
    5755 mots | 24 pages
  • Le surréalisme
    2092 mots | 9 pages
  • patata
    37903 mots | 152 pages
  • Breton
    5429 mots | 22 pages
  • Bonjour je suis un lapin
    1081 mots | 5 pages