Exposé orphée et eurydice

339 mots 2 pages
[pic]
Christian Gottlieb Kratzenstein-Stub,

[pic]
Michel Martin Drolling
"Orphée et Eurydice", 1820, Musées Magnin (Dijon)

[pic]Orphée et Eurydice par Nicolas Poussin -1664

ORPHEE ET EURYDICE

Eurydice est une dryade, c’est-à-dire une nymphe de la forêt, d’une très grande beauté. Le jour de son mariage avec Orphée, qu’elle aime passionnément, elle part en méditation dans la foret et se fait poursuivre par Aristée. Dans sa course pour lui échapper un serpent la pique au pied, et la belle meurt sur le coup.

Orphée, poète, chanteur et musicien fils de la muse Calliope, capable de charmer monstres, animaux et créatures inanimées par le simple son de sa lyre à laquelle Apollon ajoute deux cordes en hommage aux neuf muses protectrices des arts et des lettres dont sa mère fait partie, est anéanti de chagrin à la perte de son amour.
Sa tristesse est si grande qu’il prend sa lyre, descend par le Ténare sur les rives du Styx où il charme son gardien : Cerbère le célèbre chien à trois têtes et les Euménides.
Lorsqu’il arrive devant Pluton et Proserpine il les émeut tant que ces derniers acceptent de lui rendre Eurydice à une condition : il ne doit pas se retourner avant d’avoir franchi la frontière qui sépare le monde des morts de celui des vivants.
Orphée part donc ainsi, tenant Eurydice part la main. Ils vont revoir la lumière du jour lorsque, ne pouvant résister à la tentation, Orphée se retourne. C’est alors qu’Eurydice, entraînée en arrière disparaît à tout jamais.

Pris de désespoir, il tente une seconde fois de passer le fleuve infernal, mais les Dieux sont inflexibles. Il reste plusieurs jours sur les bords du fleuve sans manger ni boire. Puis, il se retire dans les montagnes de Thrace. En ce lieu, les ménades (les femmes qui accompagnent Dionysos), dépitées de son chagrin le massacrent et dispersent ses membres. Sa tête et sa lyre arrivent sur le rivage de Lesbos, patrie de la poésie lyrique, et son âme y retrouve celle d’Eurydice.

en relation

  • Oedype
    256 mots | 2 pages
  • Rien
    606 mots | 3 pages
  • Gustave Moreaux. Histoire des Arts.
    921 mots | 4 pages
  • Exposé : le mythe d’orphée dans tous les matins du monde ( p. quignard)
    351 mots | 2 pages
  • Le mythe d'orphé
    11546 mots | 47 pages
  • Australie
    1496 mots | 6 pages
  • Orphée
    637 mots | 3 pages
  • Oedipe
    1139 mots | 5 pages
  • amour
    8444 mots | 34 pages
  • Texte a : charles baudelaire, les fleurs du mal (1857), « parfum exotique ». texte b : paul verlaine, poèmes saturniens (1866), « mon rêve familier ». texte c : robert desnos, corps et biens (1930), « j'ai tant rêvé de toi ».
    2420 mots | 10 pages