exposé sur maimouna

Pages: 26 (6438 mots) Publié le: 13 juillet 2014



Exposé
de

Thème :
ETUDE
DE L’ŒUVRE INTEGRALE DE
MAÏMOUNA
Noms des exposants :

Seynabou Ndour

Sokhatir Seck

Mame Abdou Aziz Dabakh Ngom

Aïssatou Ndoye

Plan
I. Introduction
II.Biographie et bibliographie de l’auteur
III. Résumé de l’œuvre
IV. Présentation des personnages
V. Analyse de l’œuvre
1. L’illusion de Maïmouna
A. La poétisation de la ville
a. La garantie de sécurité matérielle
b. La rencontre de l’âme sœur
2. La Désillusion de Maïmouna
A. La jalousie et la duplicité féminine
B. Le parjure de l’amant
VI. Conclusion 


I. Introduction
Maïmouna estune œuvre d’Abdoulaye Sadji qui fait une distinction très nette entre la vie villageoise et celle trépidante de Dakar. La première, incarnée par Daro qui prend les habits de la raison, est faite de volonté, d’un dur labeur au quotidien, de la valeur de la vie et de l’humilité que tout homme doit avoir face à son destin. A Dakar où « les agglomérations indigènes s’étalent [et] forment comme uneceinture d’ordures », la vie est semée de pièges, de tromperies et d’illusions. Sans se laisser aller à une opposition irréconciliable d’un monde naturel et par là même vertueux que serait le village, et celui de la cité pervertie où les hommes noyés dans la multitude auraient perdu le sens de leurs origines, il est incontestable que l’écrivain dénonce une dérive, une crainte, que l’Africain perde sonidentité. Une dénonciation qui devient acerbe quand il décrit l’univers inconsistant de ces africains appelés « évolués » par le maître colonisateur, qui ne rêvent que d’assimilation et s’isolent de leurs compatriotes des faubourgs et de la brousse. Assurément, Maïmouna pure puis égarée, à l’innocence violée, est l’allégorie d’une Afrique en transition qui à la veille des indépendances doit fairele choix de son destin : elle ne doit pas renier l’authenticité de ses origines tout en étant ouverte à une modernité qui lui permettra de répondre aux défis à venir. Un enjeu qui semble être encore d’une grande actualité
II. Biographie et bibliographie d’Abdoulaye Sadji
Son père Demb SADJI, marabout, est originaire de Latmingé, un village sérère situé dans la région de Kaolack, et sa mère OumyDIOUF est issue d'une famille musulmane léboue ancrée dans la tradition animiste.
Après des études coraniques, il rejoint les bancs de l'école française à l'âge de onze ans, puis fréquente le Lycée Faidherbe avant d'intégrer l'École normale William Ponty. Il devient en 1929 l'un des premiers instituteurs africains et exerce en Casamance, à Thiès, Louga, Dakar et Rufisque, où il occupe ensuite leposte de directeur d'école et d'inspecteur Primaire de 1959 à sa mort, en 1961. En 1932 il défie les autorités coloniales en devenant le deuxième bachelier sénégalais.
À la fin de la Seconde Guerre mondiale, Abdoulaye SADJI se lance dans le combat pour l'indépendance de son pays et devient un des pionniers de la Négritude. Loin de la « Négritude du Quartier latin », il pratique la « Négritudeintérieure », et c'est à ce titre que Léopold Sédar Senghor dit de lui :
« (...) Abdoulaye SADJI appartient, comme Birago DIOP, au groupe des jeunes gens, qui, dans les années 1930, lança le mouvement de la Négritude. Abdoulaye SADJI n'a pas beaucoup théorisé sur la Négritude : il a fait mieux, il a agi par l'écriture. Il fut l'un des premiers jeunes Sénégalais, entre les deux guerres mondiales, àcombattre la thèse de l'assimilation et la fausse élite des « évolués ». Il a, pour cela, multiplié, au-delà des discussions, articles et conférences1. »
Son œuvre compte entre autres des articles dans Présence africaine, Paris-Dakar et dans de nombreuses revues africaines. Il est également l'auteur d'essais et de contes tels que Tounka (1952), Modou Fatim (1960) ou encore Leuk-Le-Lièvre...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Maimouna
  • Maimouna
  • maïmouna
  • maimouna
  • expser sur maimouna
  • Expose
  • Exposer
  • Exposé

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !