eztreztz

3257 mots 14 pages
Introduction
L'évocation d'un monde imaginaire permet de nous faire rêver et plaire. Mais le désir de l'auteur ne nous permet-il pas de nous faire réfléchir a la réalité qui nous entoure ? Il fait prendre conscience aux hommes d'un monde où vivent des sociétés plus proches de la nature. En quoi l'évocation de ces univers permet-elle de faire réfléchir sur la réalité de notre société ?
En d'autres termes, quels éléments de sociétés, très différentes des nôtres, nous renvoient à une réflexion de notre propre civilisation ? Nous nous poserons la question de savoir dans quel but ces auteurs se servent de la description de contrées mythiques. Nous nous efforcerons de comprendre en quoi ces lieux magiques deviennent le support de l’utopie qui comparativement permettent la critique de notre réalité.
I. L'évocation d'un monde très éloigné du nôtre transporte le lecteur dans un ailleurs séduisant
1. Elle dépayse totalement le lecteur
La littérature est peuplée de mondes très éloignés du nôtre. Cet éloignement conduit à un dépaysement, qui peut être géographique ou temporel. DansCandide, conte philosophique de Voltaire, le pays d'Eldorado est situé en Amérique du Sud, une région qui, au xviiie siècle, est associée à la mystérieuse civilisation inca, mais aussi au Pérou et ses mines d'or. Dans l'imaginaire du lecteur, ce voyage est de toute façon en rupture évidente avec la civilisation occidentale. Les romans de science-fiction jouent souvent sur un dépaysement dans les deux dimensions, en présentant des mondes extraterrestres, dans un contexte de conquête intersidérale. Il appartient alors à l'écrivain de donner une cohérence à cet univers, en évoquant non seulement l'espace géographique lui-même, mais aussi les mœurs de ses habitants, leur système de pensée, leur rapport au temps, ou à l'argent. Dans Les Aventures de Télémaque, Adoam évoque par exemple le peuple de Bétique, et son rapport aux arts, dont « ils ne veulent souffrir que [ceux] qui servent aux

en relation