« Féérie nocturne au cinéma paradiso »

Pages: 9 (2163 mots) Publié le: 13 août 2013
Concours en l’honneur des 50 ans Du cinéma d’art et d’essai de Tours Fenêtre sur courts Des nouvelles des Studio « Féérie nocturne Au Cinéma Paradiso » ou « Invitation au Voyage » sous la voûte étoilée lors de la Nuit estivale des Studio :

Une voix off provenant « d’une époque que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaitre », s’élève de la mythique enceinte et nous convie, par sa narration,à feuilleter quelques pages de son « Roman d’un tricheur », album de cinéphile éclairé, jusqu’à en friser l’obsession : « Rendons grâce au ciné, cinématographe, l’apanage de « vieux professeurs de province » selon une expression d’Apollinaire, emblème des Frères Lumière sans lequel nous ne pourrions être ici rassemblés, avec pour dénominateur commun, cette inclination pour la cinéphilie,voulez-vous, chers amis cinéphages associés et autres cinévores de fictions gravées sur la « pellicule » ? « Faisons un rêve », une rêverie parsemée d’astres, de météores … Oh, certes, pas à la manière de l’auteur de « l’Amour masqué », cet éternel séducteur libertaire et iconoclaste se moquant comme d’une guigne des tendances et postures « in », voire d’une vogue on ne peut plus éphémère aujourd’hui àl’affiche, illustre Sacha de génie qui aurait pu faire sien cette devise du Père de « l’Aigle à deux têtes » : « Rien ne se démode plus vite que la mode » ou bien encore, cet aphorisme du philosophe Gustave Thibon : « Être dans le vent est une ambition de feuille morte » corroborant celui de Roland Barthes qui se voulait, lui aussi dégagé d’une contrainte identique : « Tout à coup, je me suis renducompte qu’il m’était indifférent d’être moderne. » Non, un rêve floréal et fructidor, sorte de « Songe d’une Nuit d’été » idéal, adapté sur « l’écran noir de nos nuits blanches » par l’inventif auteur de « Meurtre mystérieux à Manhattan » et de « Coups de feux sur Broadway », vous savez, cet esprit si subtil cultivant l’autodérision, l’humour du désespoir chers à quelques plumes anti conformistes,qui, plus réaliste que jamais, n’hésite pas transmettre à ses semblables, le message suivant : « La seule façon d'être heureux c'est d'aimer souffrir. » Oui-da ! Qui affectionne l’onirisme, l’atmosphère des salles obscures relative au septième art « du muet » comme « du parlant », me suive, si j’ose dire… Attention, le spectacle va bientôt commencer ! « Demandez le programme », « Embarquementimmédiat » pour une « Brève Rencontre » ou pour «A Star is born », au choix…

1

Et surtout, n’oubliez pas, rendez-vous durant la pause, juste à l’instant propice du générique où viendra s’inscrire le mot « Finish », instant clé où l’ouvreuse, subrepticement réincarnée d’une scène d’un « temps jadis » désormais révolu, vous fera sa réclame, cherchant à vous vendre son article en vantant les mérites dequelques délicieuses friandises, le régal des becs sucrés : « Caramels mous, bonbons acidulés, pastilles de menthe, Entr'acte » clamera t’elle tentatrice à l’adresse de nous autres, « Enfants de troupe », héritiers de Medrano (celui du fondateur historique Geronimo) empruntant son boniment gouailleur à un poème des Cocardes de Jean Cocteau, genre de « Chansons populaires » mises en musique par unPoupoul (alias le compositeur Francis Poulenc… ) ne dédaignant pas à s’encanailler ! Bref, après cette proposition d’Intermède, gage de douceurs alléchantes, reprenons le fil de notre synopsis : « À nous la liberté », les horizons lointains et autres grands départs inassouvis ! Le chimérique empire cinématographique sur lequel règne votre serviteur, en autocrate patenté, simple commun des mortelsuniquement soumis aux règles de son bon plaisir purement égotiste d’un soir, vous convie, séance tenante, à le rejoindre dans la « Forêt du rêve et de l’enchantement », en galante compagnie, aux côtés de son page favori, Naguère, détenant au sein de sa gibecière de chasseur d’images associées à des sonorités ô combien polyphoniques, d’ensorcelants poèmes, évocateurs de maintes « Liaisons...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Cinema paradiso
  • Cinéma paradiso
  • Cinema paradiso
  • Nocturne
  • Tapage nocturne
  • Une vie nocturne
  • Les batails nocturne
  • Terreur nocturne

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !