Fées

594 mots 3 pages
Les années 1970 annoncent le début de la liberté d’expression et un vent de changement pour le Québec. Les gens s’insurgent violemment au conformiste social par des manifestations contre la culture de masse et la consommation. Ces actions mèneront au courant de contre-culture dont plusieurs écrivains et écrivaines s’inspireront pour écrire leurs œuvres. La pièce de Denise Boucher, Les fées ont soif, en est la preuve puisque celle-ci s’oppose aux normes sociales, culturelles, morales et esthétiques acceptées de la société. Plus particulièrement, Mme Boucher utilise la provocation, la révolte et le discours féministe.

Tout d’abord, l’auteure tente de choquer son public en dénigrant les valeurs du passé. Plus précisément, le mariage obligatoire n’est plus de mise et les femmes possèdent le droit de quitter leur mari. Les femmes de cette pièce de théâtre voudraient se libérer de l’emprise sociale qui brime leur liberté d’expression. Par exemple, Madeleine dénonce le fait qu’elle aille «les pieds englués dans une marde qui [l’]empêche de giguer sa liberté (p.28)». Cette «marde» est en fait la société aliénante qui empêche les femmes de se libérer de l’image parfaite, de l’icône sociale qu’elles doivent représenter. Elle voudrait danser à sa guise, vivre sa propre vie et ne plus représenter l’image que la société s’est fait d’elle. De plus, l’écrivaine utilise le langage vulgaire pour provoquer la culture instaurée. Alors que la société devrait être sans reproche, Denise Boucher utilise le mari ingrat qui insulte sa femme sans raison : « Des plottes comme toi, j’en ai jusque-là (p-48) ». Ces paroles blessantes reflètent bien le mouvement de contre-culture dont Denise Boucher fait partie. L’utilisation de la femme dans l’insulte augmente l’envie de révolte, car la femme ne veut plus être aliénée et dépendre d’un homme. L’auteure utilise ces propos au risque de l’anarchie libertaire.

D’autre part, l’écrivaine utilise la révolte à travers les différentes dimensions

en relation

  • les fées
    1083 mots | 5 pages
  • Les fées
    3989 mots | 16 pages
  • Les fées
    274 mots | 2 pages
  • Les fées
    4635 mots | 19 pages
  • Les fées
    1826 mots | 8 pages
  • Les fées
    963 mots | 4 pages
  • Les fées
    887 mots | 4 pages
  • Les fées
    400 mots | 2 pages
  • Contes de fées
    1380 mots | 6 pages
  • Contes de fées
    333 mots | 2 pages