Faut-il tojours plus de croissance economique?

1368 mots 6 pages
Faut-il toujours plus de croissance ? »
Sujet p50
Correction rédigée de la dissertation

La Chine est un modèle de réussite économique. En moins de 15 ans, le PIB chinois a rattrapé celui des pays les plus riches de la planète. En mobilisant une main d’œuvre « docile », plus bien formée et bon marché, les autorités chinoises ont choisi un modèle où la croissance la plus forte possible doit entraîner le pays dans l’ère de la modernité. Cependant, on le sait, ce modèle est loin d’être sans faille. Cette croissance à marche forcée se déploie sous fond de creusement des inégalités entre la côte industrialisée et l’intérieur agricole et au prix d’une pollution conséquente. Aussi, si la croissance semble être une condition nécessaire au développement d’une société, elle n’en est pas la condition suffisante. Trop de croissance peut en effet nuire au développement. La croissance désigne l’augmentation durable et continue d’un indicateur de dimension, le produit intérieur brut (PIB). Ce dernier désigne l’ensemble de la richesse créé par les unités de production résidentes dans une économie. On le voit, la notion de croissance est d’abord une notion quantitative et économique. Elle permet d’évaluer le potentiel économique d’une nation. On comprend dès lors que la croissance soit devenue l’horizon prioritaire des politiques économiques conjoncturelles car une forte croissance permet d’engager le pays dans un cercle vertueux qui peut favoriser le bien-être de la population. Cependant, cette approche doit être nuancée : la croissance est une condition nécessaire mais non suffisante au développement. Trop de croissance ou une croissance « déséquilibrée » socialement ou écologiquement peut aboutir à de graves dysfonctionnements pour l’économie et la société. Nous verrons ainsi dans un premier temps quels sont les avantages attendus d’un fort régime de croissance. Ensuite, nous montrerons quels sont les déséquilibres possibles qui peuvent engendrer

en relation

  • Analyses economiques
    26125 mots | 105 pages
  • intégration économique régionale
    9440 mots | 38 pages
  • Italie Renaissance
    10562 mots | 43 pages