Fiche de lecture de l'ouvrage "philosophie et science-fiction"

6624 mots 27 pages
Fiche de lecture

➢ Gilbert Hottois (dir.), Guy Bouchard, Daniel Cérézuelle, François Laruelle, Jean-Noël Missa, Juliette Simont, Isabelle Stengers, Maurice Weyembergh, Philosophie et science-fiction, Vrin, Paris, 2000, 156 pp.

Le présent ouvrage est un travail collectif cherchant à illustrer les liens, a priori plus indéfectibles que l’on ne pense, entre la science-fiction (SF) et la philosophie. Plus précisément à esquisser « une réflexion sur le sens et l’intérêt de la science-fiction (littéraire et cinématographique, c’est-à-dire narrative) pour la philosophie ». Le phénomène culturel de la SF étant grandissant, la philosophie, dont l’une des tâches est de nous renseigner sur le monde dans lequel nous vivons à l’aide de concepts rigoureux, ne pouvait pas ne pas s’y intéresser. D’autant que selon B. Turber il y aurait eu un transfert, dès le XIXème siècle, de l’émotion du sublime traditionnel vers les sciences et les techniques, et dont la première expression littéraire de ce nouveau sublime serait le roman de Mary Shelley, Frankenstein ou le Prométhée moderne, en 1818. On peut, par ailleurs, distinguer deux grandes orientations : celle de la SF classique technoscientifique, à travers les thèmes des voyages dans le temps et dans l’espace, ayant un rapport idéaliste et métaphysique à la philosophie, et interrogeant le devenir de l’humanité (destruction totale ou accession à la divinité) ; et celle de la SF politico-sociale, émergeant dans les années soixante, projetant la société dans des futurs proches souvent cauchemardesques, étant en cela, proche des utopies et des contre-utopies technoscientifiques.

Cette étude se décline en quatre analyses : celle, générale, de la portée, valeur et signification que la SF peut revêtir pour la philosophie (relation avec les systèmes et pratiques conceptuels des philosophes, liens avec le genre utopique, les courants postmoderne et cyberculturels, rapports avec l’imaginaire mythologique et religieux, etc.) ;

en relation

  • Oeuvre
    2389 mots | 10 pages
  • yass
    4335 mots | 18 pages
  • le metier de sociologue
    3956 mots | 16 pages
  • Rapport de stage, assistante documentaliste
    5348 mots | 22 pages
  • Methodologie de dissertation
    4360 mots | 18 pages
  • Fiction et éthique dans Le Petit Prince
    15672 mots | 63 pages
  • Analyse litteraire
    1922 mots | 8 pages
  • Philosopher, c'est secouer le joug de l'autorité
    30513 mots | 123 pages
  • AL7FR10TEPA0111 Sequence 02
    28856 mots | 116 pages
  • Relations internationales
    3029 mots | 13 pages