Fiche le language

418 mots 2 pages
Le language

Les hommes parlent un langage qui sert généralement à communiquer bien qu’il y ait dautres moyens de communications.

La formulation de la pensée par les mots impliquent une existence de la pensée anterieure à sa formulation.

Pour Descartes, les animaux ne parlent pas parce qu’ils ne pensent pas.
Les paroles sont pour lui les manifestations exterieures d’une activité interieur. Si les animaux pensaient, ils se débrouilleraient pour trouver un moyen de parler, de communiquer, sans que le but soit de répondre a leurs besoins ou instincts.

Penser que et parler semblent dissociables puiqu’on peut ne pas penser ce qu’on dit et penser ce qu’on ne dit pas MAIS, à partir du moment où on pense que, on doit être capable de le dire, au moins de se le dire, même si ce n’est pas avec les bons mots. Si on ne peut pas traduire sa pensée en mots, la pensée n’existe plus.

« un nouveau mot est comme une semence nouvelle jettée sur le terrain de la discution »
Remarques mélées de Wittgenstein (nouveau mot = nouvelle pensée)

De même, le concept de vérité n’a aucun sens sans les langues car pour être des vérités elles doivent être énoncées. D’où réalité différent de vérité car la lune est réelle mais les vérités sur la lune doivent être énoncées.

Une pensée personnelle est toujours liée à une langue publique. La langue est un héritage culturel.

MAIS, est ce indéfendable de se référer à une pensée non verbale ?

Non, il y a

- la réfléxion dans l’action (la pensée fait évoluer une action. On réfléchie en agissant, la pensée est complètement liée au corp) Par exemple, un enfant qui ne parle pas peut réfélchir en agissant lorsqu’il fait des légos.
Dans ce cas la pensée n’est pas linguistique mais on ne parle plus de « penser que ». Penser que est définitivement lié au langage.

- Penser à l’avance : on sait à quoi on pense mais on ne l’a pas encore formuler. C’est une pensée pré-verbale (on ne parle tjs plus de penser que, on parle de penser à

en relation

  • Règle de production et de standardisation d'un document
    646 mots | 3 pages
  • Rapport sur le cri de la mouette
    493 mots | 2 pages
  • Crazy
    1421 mots | 6 pages
  • PPT Justine PROD HOMME
    873 mots | 4 pages
  • La dénonciation par le rire
    2838 mots | 12 pages
  • Projet professionnel "commercial export"
    4291 mots | 18 pages
  • La route
    643 mots | 3 pages
  • Fiche de lecture détaillée sur la machine infernale de jean cocteau
    609 mots | 3 pages
  • hamdaoui abdelilah
    3318 mots | 14 pages
  • Dei mudda
    982 mots | 4 pages