Folie disqualification et réhabilitation

3292 mots 14 pages
C’est au XVII° siècle, au moment même où l’empire de la raison scientifique va s’étendre, que, selon Foucault, un tournant est marqué. Le fou est de plus en de plus en rejeté, tenu à l'écart, il représente l’autre de la raison dont la raison ne veut pas. Le développement systématique de la raison, son développement quasiment totalitaire, entraîne à sa suite le processus qui va conduire à la logique de l’enfermement. Il s’agit pour l’ordre de la raison de corriger ce qui est une aberration, ce qui ne devrait pas être. On enferme le fou pour sa non-conformité avec l’ordre raisonnable du monde.
Avec l’avènement du rationalisme moderne et la naissance de la psychiatrie, le fou devient un objet d’investigation, la folie un objet de science. Ce qui était au Moyen-âge le reprouvé de Dieu devient une sorte d’enfant sous tutelle asservi au regard savant du médecin. Edgar Morin, résume parfaitement le traitement de la folie qui a pu être fait à l’époque moderne et son renversement à l’époque contemporaine : « Le rationaliste humaniste, qui triomphe et expire dans l'ethnologie de Lucien Lévy-Bruhl, a voulu rejeter aux origines, comme débilité infantile, le délire de sapiens; puis le néo-ethnologisme, admirant au contraire la merveilleuse sagesse de l'homme archaïque, a rabattu la folie sur l'homme contemporain, conçu comme un misérable déviant. Alors que l'une et l'autre ont leur sapience et leur démence ».
Dans la modernité, si la raison est « normative », si elle définit un ordre du raisonnable et qu’en même temps elle devient le fondement d’une culture, la culture occidentale, elle est à même de poser ce qui est « humain » et de rejeter dans l’inhumain ce qui n’entre pas dans ses normes. Au fond toutes les autres formes de culture. Mais justement, de ce point de vue, la folie n’existe que dans une société et par rapport elle, elle n’est qu’un fait de culture.
C’est contre cela que la Post-modernité va s’ériger, contre la raison comme norme sociale tyrannique dont

en relation

  • Corrigé sur l'inconscience
    1028 mots | 5 pages
  • Mémoire d'épistémologie en m1 sur la notion de genre disqualifiée
    5696 mots | 23 pages
  • Mélodie
    36405 mots | 146 pages
  • Cpge
    93165 mots | 373 pages
  • Démence et exclusion
    29628 mots | 119 pages
  • Vie et pureté
    92586 mots | 371 pages
  • Comparaison
    106793 mots | 428 pages
  • La vieillesse
    61004 mots | 245 pages
  • Cours sociologie
    105196 mots | 421 pages
  • Fichier de methode
    55244 mots | 221 pages