Fourberies de scanpin i, 1

517 mots 3 pages
Les fourberies de Scapin ( II,7)

Introduction:

_Rappel biographie
_Présentation de l’œuvre
_Scapin : personnage issus de la commedia dell’arte ,son rôle : faire accepter aux pères le mariage de leurs fils .
La scène présente la scène ou Scapin extorque à Géronte une somme qui permettra à Géronte de libérer Zerbinette prisonnière des Égyptiens .

Axes de lecture :

_Scène comique ou Géronte est déchirer entre son amour pour l’argent et son fils.
_Rôle du valet

I. Une scène comique : un cruel dilemme pour Géronte
A. Le comique de situation
Les dérobades successives de Géronte ; il envisage diverses solutions pour ne pas payer : envoyer la justice, proposer une substitution d'otage, la clé qui permet d'obtenir la clé qui permet d'accéder aux hardes.

B. Le comique de caractère
Élément comique essentiel : l'idée fixe de Géronte. Aux arguments de Scapin (l'amour filial, la proximité de l'heure de l'ultimatum), Géronte revient à des considérations terre à terre (la galère) ou financières ( les 500 écus).
L'avare l'emporte sur le père.

C. Le comique de répétition
Deux leitmotiv : les "mots de nature" : emploi d'expressions récurrentes qui soulignent la psychologie d'u personnage (cf le "sans dot' d'Harpagon)

"Que diable allait-il faire...". Révélateur de l'entêtement et du désespoir du personnage. Efficacité de la réplique qui tient à son rythme ternaire et au jeu des sonorités :
"Que diable / allait-il faire / dans cette galère ?" "Cinq cent écus" : révélateur de la psychologie du personnage. Scapin remue le couteau dans la plaie en convertissant les écus en livres.

II. Le rôle du valet : la stratégie de Scapin
A. L'habileté à mener le récit des aventures de Léandre L'art de la préparation : le ton alarmiste, l'annonce visant à capter l'attention sur le mode hyperbolique : "une disgrâce la plus étrange du monde". Le récit de l'épisode de la galère : une turquerie, une scène d'enchantement (les superlatifs, le luxe de

en relation