Fran Ais Para

269 mots 2 pages
Français

Dans un premier temps nous verrons que Madeleine est une femme moderne. D’abord, Madeleine domine sur son mari et prend les devants, ce qui n’est habituel pour l’époque, en imposant à son mari le travail avec l’utilisation du « nous avons » l.1, « immédiatement » l.5 et l’utilisation de l’impératif « Tiens, prends » l.6, elle ne lui laisse pas le choix. Ensuite, Madeleine est une femme moderne car elle est au courant de l’actualité et c’est à elle à qui les nouvelles sont données « on m’a » l.2. C’est une femme ambitieuse, elle emploie les adjectifs « grand article » et « sensation » l.4 qui nous montre qu’elle veut que l’on entende parler de son mari dans les journaux. Duroy n’évoque pas de contradiction aux ordres de sa femme et lui obéi « il la prit » l.7. Aussi, Il y a une domination de Madeleine dans leurs positions qui sont opposées ; elle est debout et son mari assis à écrire. Avec la numération des verbes « souleva, reprit, agrandit, développa », Duroy se réveille et vient rejoindre sa femme dans leur travail. Il amène de l’admiration de sa femme pour lui, illustré par un parallélisme de construction « tant son intérêt s’éveillait, tant elle voyait large et loin » l.17. Elle emploie de l’impératif « maintenant écrivons » l.21 après l’intervention de son mari pour encore une fois diriger leur écriture. Enfin, C’est une femme de talent car elle aide son mari pour commencer, elle a plus de talent journalistique que son mari. Il y a une gradation l.28 « piquants, venimeux, blesser » de sa part, elle n’a pas peur de s’attaquer une personne importante.

en relation

  • Rousseau
    3374 mots | 14 pages
  • Parité
    4169 mots | 17 pages
  • Histoire de la colonisation d'algérie
    2581 mots | 11 pages
  • Alfred de musset
    2000 mots | 8 pages
  • chapitres d'histoire en terminale
    33796 mots | 136 pages
  • Georges clémenceau
    665 mots | 3 pages
  • Le paysage de la distribution en tunisie
    27998 mots | 112 pages
  • Bismark et beveridge
    15811 mots | 64 pages
  • Stendhal
    14688 mots | 59 pages
  • La nationalité
    13776 mots | 56 pages