Francisco goya et le portrait de dona isabel cobos de porcel

494 mots 2 pages
BIOGRAPHIE DE FRANCISCO GOYA

Goya Lucientes Francisco est un artiste graveur et peintre. Sa mère, Gracia Lucientes lui donna la vie le 30 mars 1746 à Fuendetodos en Espagne dans Aragon. Son père, José Goya, était passionné de la peinture quand il découvrit que Goya avait le don de peindre il l'envoya à Saragosse où il étudia un style très académique chez José Luzan(1760). Jusqu’en 1771 il fit à Madrid et à Rome de nombreux concours où il échoua. En juillet 1773 il épousa Josefa Bayeu, la sœur de Francisco Bayeu ( grand peintre ), et il s’installa avec elle à madrid . En 1775 Goya peint des cartons à tapisseries qu’il emmène à la manufacture royale de Santa Barbara. Il y a fait là connaissance du roi qui sera un de ces protecteurs. Goya fit de nombreuse peinture morbide avec un mouvement rococo c'est dire avec des formes de coquillages, de rochers, de mers , ...

En 1777 Josefa donne naissance à un premier fils qui meurt en bas âge, puis à un notre Francisco-Javier en 1785. Après la mort de son père et de sa mère il est nommé directeur adjoint à l'academie de la peinture ensuite peintre du roi d'espagne "Carlos IV". Il tombe gravement malade et devient paralysé lors d'un voyage à Cadix. A la mort de sa femme il se remarie avec une parente de sa belle-fille Leocadia Weiss. Il meurt le 16 avril 1828 à bordeaux.

LE PORTRAIT DE DONA ISABEL COBOS DE PORCEL

Le portrait de dona Isabel Cobos de Porcel a été finit en 1804-1805.Cette femme magnifique est habillée comme un «mai», dames de la mode espagnole à la fin du 18e et début du 19e siècles. Ce portrait représente la sensuelle Isabel de Porcel considéré comme l'incarnation de la féminité démontrer par son long décolleté montrant sa chair moelleuse. L’épanouissement de sa beauté et de ses charmes somptueux font ressortir la présence physique de Isabel. Ses mains dodues, alvéolée au jarret, et son double menton prouve que Dona ne contrôler pas son appétit et sa grandeur, sa fierté ( sa

en relation

  • Goya
    2876 mots | 12 pages