French

838 mots 4 pages
Lenglart Fanny 2nde 2

Dissertation sur le prologue de la Machine Infernale de Jean Cocteau.

Tout comme une pendule est active grâce à son ressort qui se déroule, la vie humaine serait une machine construite par des dieux infernaux ayant programmé son anéantissement, nous indique Jean Cocteau dans le prologue de la «machine infernale», publié en 1934.
L’analogie entre la vie et le mécanisme horloger est ancien car les vielles horloges portent souvent l’inscription latine « Vulnerant Omnes Ultima Necat », qui signifie en parlant des heures «Toutes blessent, la dernière tue ». Notre mortalité serait donc la fin du déroulé du ressort de la pendule de la vie. Notre naissance armerait un détonateur et donc une issue fatale.
En quoi la vie humaine présentée serait-elle une tragédie tel que le conçoit Jean Cocteau avec sa machine infernale ?
Je vous propose d’étudier en premier les arguments étayant cette hypothèse et de poursuivre par ceux qui s’y opposent.

En choisissant le terme machine infernale, Jean Cocteau évoque la machine avec son coté mécanique et effrayant car non-humain, les enfers et leurs terreurs par l’adjectif « infernale » et le complot par le sens premier de machine infernale, outil naturel du terroriste du temps passé. La machine infernale possède de fait sa propre horloge qui va lui donner son caractère prédéterminé et funeste, sa construction par des dieux lui confère le caractère divin.
Nous avons réunis là les éléments constituants de la tragédie grecque.
L’humain, condamné à mourir est donc le héros de sa propre tragédie.
Les tragédies que j’ai pu étudier ou lire (Andromaque, Le Cid, Antigone) confirment bien les différents caractères que l’on retrouve dans ce prologue. Par exemple, dans Le Cid, Rodrigue et Chimène sont déchirés entre leur amour et les devoirs imposés par leur honneur. Rodrigue choisit la raison (son devoir de tuer le père de Chimène), plutôt que l’amour qu’il éprouve pour elle. En choisissant la raison, il répond au

en relation

  • Faut-il craindre la machine ?
    1018 mots | 5 pages
  • Doit-on avoir peur des machines ?
    1576 mots | 7 pages
  • La machine représente-t-elle toujours un progrès pour l'homme ?
    575 mots | 3 pages
  • Est il raisonnable de se représenter le vivant comme une machine ?
    1449 mots | 6 pages
  • le tinyos
    4371 mots | 18 pages
  • Doit-on avoir peur des machines?
    987 mots | 4 pages
  • Faut – il craindre les machines ?
    1955 mots | 8 pages
  • Philo religion
    2238 mots | 9 pages
  • Machine
    811 mots | 4 pages
  • Commentaire de mélancholia, de victor hugo
    1017 mots | 5 pages