Freud

Pages: 5 (1084 mots) Publié le: 26 janvier 2011
Sigmund Freud est un médecin neurologue et psychiatre autrichien, fondateur de la psychanalyse. Il fut l'initiateur de concepts, comme ceux du narcissisme ou du complexe d'Œdipe qui développeront la théorie psychanalytique.
Dans ce texte, FREUD analyse le rapport entre religion et raison : La religion repose t'elle sur une argumentation fondée ? Les doctrines religieuses ont elles été validéesavec logique et discérnement ,ou est ce le résultat d'une certitude personnelle ? Ne dependent t'elles pas que de la volonté et non d'une règle ?

Dés le début du texte ,Freud s'ajuste au point de vue religieux en déclarant :« les doctrines religieuses sont soustraites aux exigences de la raison ». Une telle affirmation sous entend qu'existe une autre source de véracité que la raison , et quiserait même supérieure à elle. La raison sert à distinguer le bien du mal , le vrai du faux , elle permet à l'homme de puiser dans ses connaissances pour cataloguer , mesurer , juger les choses qui l'entourent. Aux antipodes , les religieux obéissent à des convictions intimes sans se soucier de leurs justesses et des preuves qui les accompagnent , il pensent sans objectivité.Le croyant estconvaincu que la foie prend le pas sur la raison.
Lorsque Freud énonçe qu"il faut sentir intérieurement la vérité" des dogmes religieux. Il sous entends que pour un croyant , se pérsuader d'une vérité suffit à la prouver.("point n'est nécessaire de les comprendre."). L'existence de Dieu implique l'abdication de la raison" , disait Mikhaïl Bakounine. Faire acte de foi c’est soutenir l’existence de chosesen l’absence de preuves. Car si ces preuves étaient possibles, aucun acte de foi ne serait nécessaire : les hommes sauraient qu’elles existent, ils n'auraient pas à y coire. La foi est une certitude intérieure, , à travers laquelle l'homme place un espoir dans quelque chose mais qui n’a rien d’objectif.
Freud évoque que les choses qui n'ont pas été "découvertes par nous-mêmes " sont , pour lecroyant, un mystère qui ne peut être dévoilé que par une révélation .La phrase latine "creo quia absurdum " sonne comme une sorte de slogan : croire « parce que c’est absurde ». L'absurde se définit comme contraire à la logique, à la raison ou au sens commun. Pour avoir la foi il faut donc dépasser la raison.

Freud nous donne donc ici , un aperçu du raisonnement du croyant.
Pour un croyant ,rien n'a plus d'importance que la foi. Cependant, quel est le poids de la foi face à la raison ?

On comprends que Freud est septique à l'égard du croyant lorsque il ajoute :"Seulement ce credo n’est intéressant qu’à titre de confession personnelle". Une personne croyante n’a pas de preuve objective de la foi qu’elle affirme . Il faut donc voir dans les propos de Freud une critique de l’attitudedu croyant. Freud évoque également un aspect particulier de la croyance : "la confession" .En effet ,une confession ,qui est en litterature une déclaration de foi rendue publique, est,dans le language religieux , une déclaration individuelle , qui ne concerne qu'un individu croyant. C'est pour cette raison que Freud explique que ce Credo :"en tant que décret, ne lie personne." Il critique donc lecaractère individuelle de la foi. Il ira même plus loin dans ses reproches ,en désignant la foi par le mot "absurdité" . Dans sa question oratoire, il amène le lecteur à reflechir sur la servitude qu'implique la religion : « Puis-je être contraint de croire à toutes les absurdités » ?
Freud veut montrer que les hommes ne sont pas obligés d’adhérer à ce que pensent les croyants, d’autant plus quece sont des « absurdités », des affirmations contraires à la raison. Ces propos montrent que Freud est athé. Il contredit même toute la théorie du croyant évoquée dans la première partie du texte lorsqu'il ajoute qu’il « n’existe aucune instance au-dessus de la raison » . En quelques mots, les propos qui sous entendaient être en faveur du croyant, tels que :"les doctrines religieuses sont...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Freud
  • Freud
  • Freud
  • Freud
  • Freud
  • Freud
  • Freud
  • Freud

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !