Fygengurel

942 mots 4 pages
Le vieux qui lisait des romans d’amour, de Luis Sepulveda. |

Le cadavre d'un homme est retrouvé sur une pirogue, en pleine forêt amazonienne, et les habitants d'El Idilio accusent aussitôt les indiens. Antonio José Bolivar reconnait pourtant là l'œuvre d'un félin. Ce passionné de romans d'amour va s'enfoncer dans la forêt, à la poursuite de la bête.
-------------------------------------------------
Résumé
Antonio José Bolivar Proaño vivait dans une ville de la Cordillère des Andes. Mais, pour sa femme (Dolores Encarnacion del Santisimo Sacramento Estupiñan Otavalo), ils déménagèrent pour s'installer sur les rives du Nangaritza près d'El Idilio. Celui-ci, avec les autres Shuars, apprit à Antonio les secrets de la jungle, mais, malheureusement, Nushiño fut abattu par un chercheur d'or. Antonio José Bolivar tua celui-ci, mais pas à la manière traditionnelle des Shuars, et fut chassé de la tribu. Quelques années passèrent et un gringo ayant tué les petits d'une femelle jaguar est amené mort par des Shuars. Le maire surnommé "Limace" accusa immédiatement les indigènes, mais Antonio José Bolivar réussit à le convaincre que ce n'est pas l'action des Shuars mais celle d'une bête enragée. Antonio José Bolivar dut donc partir avec quatre hommes du village et la « Limace » chasser la femelle jaguar qui avait déjà fait plusieurs victimes. Après quelques jours de marche, le maire proposa à Antonio José Bolivar de s'occuper de la bête seul. Après avoir suivi la femelle ocelot jusqu'au mâle, souffrant, et l'avoir achevé, une longue lutte surtout consacrée à la découverte de la stratégie de l'adversaire, le vieil homme en sort finalement vainqueur. Il rejoint donc le village pour reprendre la lecture de ses romans d'amour.
Lorsque les habitants d'El Idilio, petite ville d'Amazonie, découvrent dans une pirogue le cadavre d'un homme blond assassiné, ils n'hésitent pas à accuser les Indiens (les Shuars) de meurtre. Le maire, surnommé la "limace", est l'un des plus virulents

en relation