Garguantua

270 mots 2 pages
Plan lecture analytique:
Gargantua
Rabelais

Intro:

L'utopie, pour un écrivain humaniste, constitue un moyen très utile pour donner vie par la fiction à ses théorie de l'idéal social. C'est Thomas more qui, en 1516 baptise pour la première fois sa cité idéal « Utopia » dans son œuvre du même nom.
Rabelais, en 1534, renouvelle l'exercice dans Gargantua, l'auteur de formation théologique et ancien médecin de l'autel Dieu à Lyon, après avoir publié Pantagruel en 1532, décrit au chapitre LV l'abbaye de Thélème qu'il fait bâtir « au contraire de toute les autres » : pas de mur, pas d'horloge, des construction splendide et richement décorées, disposant de tout les luxe , du confort et du raffinement de l'époque, accueillant les jeune garçon en même temps que les jeunes filles. Tout à Thélème s'oppose à l'ascétisme qu'on associe à la vie monacale: la règle morale de l'abbaye est d'ailleurs « fait ce que voudra ».

Pb: En quoi l'univers de Thélème s'inscrit dans l'esprit Utopique des humaniste du XVIe siècle?

I/ Un univers où l'homme vit en liberté.

a) Un univers sans contrainte.
b) Le libre arbitre de l'Homme.
c) Un juste équilibre entre règles communes et libertés individuelles.

II/ Une éducation nouvelle qui est dispensée mais qui propose des moyens moyen-ageux.

a) L'éducation essentiellement citoyenne.
b) Une formation humaniste intellectuelle.
c) Une formation qui ne rejette pas pour autant les valeurs du Moyen-Âge.

III/ Une harmonie liée à un rythme de vie naturel favorisant l'épanouissement de l'Homme.

a)
b)
c)

en relation

  • Garguantua
    330 mots | 2 pages
  • Garguantua
    437 mots | 2 pages
  • L'éducation de garguantua
    494 mots | 2 pages
  • Garguantua suite
    2989 mots | 12 pages
  • Garguantua Commentaire
    1420 mots | 6 pages
  • Garguantua chapitre 57 thélème
    617 mots | 3 pages
  • Rabelais, gargantua
    546 mots | 3 pages
  • Réécrire imiter ou innover
    782 mots | 4 pages
  • Mouahahahaa
    1308 mots | 6 pages
  • Lecture analytique Pantagruel
    335 mots | 2 pages