GEMAR

2654 mots 11 pages
“Si l‘on se tient au pied de la lettre pour en exprimer l’esprit, les victimes des préjudices seront nécessairement innombrables.” Liu Yin

Plan de l’exposé

1. Aux sources de la jurilinguistique
2. La traduction, un « mal nécessaire » ?
3. Traduire le langage du droit : enjeux et méthodes
4. L’équivalence et ses mythes : une « tétralogie » ?
5. Corédiger les lois comme méthode de « traduction »
6. Interpréter la loi traduite ou corédigée
7. La traduction ou « l’imparfait du fugitif »

1. Aux sources de la jurilinguistique

Les lois éclairent l’histoire d’un pays (Montesquieu)
En trois siècles (de 1763 à nos jours), le Canada est passé de la traduction servile, lourde et maladroite, de ses textes de droit, à
« l’équivalence fonctionnelle » (L.-P. Pigeon) des années 1960-70.

Et, dans le dernier quart de siècle, à l’étape ultime qu’est la « corédaction » des lois de l’État fédéral canadien qui marque l’avènement de la « jurilinguistique ».

Fille du droit et de la linguistique, la jurilinguistique est une tentative de réponse

aux difficultés que pose le traitement des textes juridiques en situation de bilinguisme et, facteur aggravant s’agissant
“d’un Etat juridiquement, institutionnellement et linguistiquement complexe” (Cadiet),

de bijuridisme

bisystémique.

Au terme de cette longue épopée, on est en droit de se poser plusieurs questions:
-

La traduction a-t-elle échoué au point de se voir supplantée par la corédaction

- Celle-ci est-elle la panacée que certains croient y voir ?

?

-

Laquelle des deux permet-elle le mieux de réaliser la mythique “équivalence”
- ou plutôt:
LES équivalences ?
- Peut-on dégager une valeur sûre des mots,

une Vérité unique, alors que la sémantique, leur foisonnement et leur réalité sont multiples?

Finalement, l’interprétation du message juridique, traduit ou corédigé, en vue d’en fixer le sens ne serait-elle pas le seul critère valable du sens objectif à donner au texte de droit ?

2. La traduction, un “mal

en relation

  • Les difficultes de la traduction juridique
    29007 mots | 117 pages
  • Le langage juridique
    1533 mots | 7 pages
  • Traduction juridique
    1646 mots | 7 pages
  • Traduire l'intradusible
    4011 mots | 17 pages
  • Safari keluarga di hutan politik indonesia
    344 mots | 2 pages
  • Formation du traducteur juridique
    2484 mots | 10 pages
  • Les particularités du francais au québec
    7472 mots | 30 pages
  • Outil pour la traduction juridique
    6786 mots | 28 pages
  • comprendre et traduire
    19866 mots | 80 pages
  • 2009PA030085
    149271 mots | 598 pages