Gestion et rehjet des eaux pluviales

449 mots 2 pages
GESTION ET REJET DES EAUX PLUVIALES

GESTION ET REJET DES EAUX PLUVIALES

Définition de l’essai de perméabilité : Le coefficient k de perméabilité est déterminé en injectant un volume d’eau dans une excavation calibrée et préalablement saturée. Le volume d’eau infiltré est mesuré précisément pendant le temps de percolation. Le calcul de la perméabilité est fonction du volume d’eau injecté et de la surface développée d’infiltration.
A charge variable, la mesure se fait à niveau d’eau variable et en profondeur, dans l’excavation utilisée lors de l’investigation géologique.

Compte tenu des éléments parus dans l’étude de sols, la solution de gestion des eaux pluviales la plus adaptée au projet et au terrain est : par infiltration (bassin d’infiltration) dans une tranchée d’infiltration avec modules alvéolaires de stockage.
Un bassin d’infiltration est un réservoir qui retient les eaux pluviales produites lors d’un orage et les infiltres directement dans le sol, sans encombrer les réseaux.
Ces bassins se retrouve généralement en environnement urbain, pour gérer les eaux pluviales à la parcelles, mais ils sont aussi installés le long des grand axes de communication, en aval de systèmes de traitement.
Lors d’un agrandissement ou d’une construction neuve, en retenant l’intégralité des pluies d’orage sur la parcelle réceptrice, on évite l’encombrement des réseaux unitaires ou d’eaux pluviales existants en aval ou la création de nouveaux réseaux dans les zones éloignées des exutoires de surface.
De plus, la préoccupation du contrôle à la source des eaux pluviales, et plus particulièrement de l’infiltration comme moyen de drainage, s’inscrit dans une mouvance européenne importante.

Avantage des bassins d’infiltration : * Grande flexibilité : infiltration totale ou partielle des eaux pluviales, bassin d’infiltration équipé de régulateurs de débit ou disposant d’une réserve jouant le rôle de récupérateur d’eau pluviale. * Rapidité

en relation