Goethe

Pages: 148 (36841 mots) Publié le: 22 février 2011
PROLOGUE SUR LE THEATRE

LE DIRECTEUR, LE POETE DRAMATIQUE, LE PERSONNAGE BOUFFON

LE DIRECTEUR

Ô vous dont le secours me fut souvent utile, Donnez-moi vos conseils pour un cas difficile. De ma vaste entreprise, ami, que pensez-vous ? Je veux qu'ici le peuple abonde autour de nous, Et de le satisfaire il faut que l'on se pique, Car de notre existence il est la source unique. Mais, grâceà Dieu, ce jour a comblé notre espoir, Et le voici là-bas, rassemblé pour nous voir, Qui prépare à nos vœux un triomphe facile, Et garnit tous les bancs de sa masse immobile. Tant d'avides regards fixés sur le rideau Ont, pour notre début, compté sur du nouveau ; Leur en trouver est donc ma grande inquiétude : Je sais que du sublime ils n'ont point l'habitude ; Mais ils ont lu beaucoup : il leurfaut à présent Quelque chose à la fois de fort et d'amusant. Ah ! mon spectacle, à moi, c'est d'observer la foule, Quand le long des poteaux elle se presse et roule, Qu'avec cris et tumulte elle vient au grand jour De nos bureaux étroits assiéger le pourtour ; Et que notre caissier, tout fier de sa recette, A l'air d'un boulanger dans un jour de disette... Mais qui peut opérer un miracle si doux ?Un poète, mon cher,... et je l'attends de vous.
LE POÈTE

Ne me retracez point cette foule insensée, Dont l'aspect m'épouvante et glace ma pensée, Ce tourbillon vulgaire, et rongé par l'ennui,
Tous droits réservés

7

Qui dans son monde oisif nous entraîne avec lui ; Tous ses honneurs n'ont rien qui puisse me séduire : C'est loin de son séjour qu'il faudrait me conduire, En des lieux où leciel m'offre ses champs d'azur, Où, pour mon cœur charmé, fleurisse un bonheur pur, Où l'amour, l'amitié, par un souffle céleste, De mes illusions raniment quelque reste... Ah ! c'est là qu'à ce cœur prompt à se consoler Quelque chose de grand pourrait se révéler; Car les chants arrachés à l'âme trop brûlante, Les accents bégayés par la bouche tremblante, Tantôt frappés de mort et tantôtcouronnés, Au gouffre de l'oubli sont toujours destinés : Des accords moins brillants, fruits d'une longue veille, De la postérité charmeraient mieux l'oreille ; Ce qui s'accroît trop vite est bien près de finir : Mais un laurier tardif grandit dans l'avenir.
LE BOUFFON

Que votre ouvrage aussi se divise aisément ; Un plan trop régulier n'offre nul agrément, Le public prise peu de pareils toursd'adresse, Et vous mettrait bien vite en pièces votre pièce.
LE POÈTE

Quels que soient du public la menace ou l'accueil, Un semblable métier répugne à mon orgueil ; A ce que je puis voir, l'ennuyeux barbouillage De nos auteurs du jour obtient votre suffrage.
LE DIRECTEUR

Oh ! la postérité ! c'est un mot bien sublime ! Mais le siècle présent a droit à quelque estime, Et, si pour l'avenir jetravaillais aussi, Il faudrait plaindre enfin les gens de ce temps-ci: Ils montrent seulement cette honnête exigence De vouloir s'amuser avant leur descendance... Moi, je fais de mon mieux à les mettre en gaîté; Plus le cercle est nombreux, plus j'en suis écouté ! Pour vous qui pouvez tendre à d'illustres suffrages, A votre siècle aussi consacrez vos ouvrages : Ayez le sentiment, la passion, le feu !C'est tout... Et la folie ! il en faut bien un peu.
LE DIRECTEUR

Surtout de nos décors déployez la richesse, Qu'un tableau varié dans le cadre se presse, Offrez un univers aux spectateurs surpris... Pourquoi vient-on ? pour voir : on veut voir à tout prix. Sachez donc par l'EFFET conquérir leur estime, Et vous serez pour eux un poète sublime. Sur la masse, mon cher, la masse doit agir : D'aprèsson goût, chacun voulant toujours choisir, Trouve ce qu'il lui faut où la matière abonde, Et qui donne beaucoup donne pour tout le monde.
8

Je ne repousse pas de pareils arguments : Qui veut bien travailler choisit ses instruments. Pour vous, examinez ce qui vous reste à faire, Et voyez quels sont ceux à qui vous voulez plaire. Tout maussade d'ennui, chez nous l'un vient d'entrer; L'autre...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Goethe
  • Goethe
  • Goethe
  • Goethe
  • Goethe
  • Goethe
  • Goethe
  • Goethe

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !