Gouvenance territoriale

1681 mots 7 pages
INTRODUCTION
La mondialisation offre de nouvelles possibilités pour tous les pays de bénéficier de manière efficace de la libéralisation, des échanges des investissements, des flux de capitaux, et de mutations techniques afin de s’engager dans la dynamique d’intégration économique mondiale. Cependant elle soumet les pays en développement ( y compris le Maroc) à des contraintes et défis principalement dû à des lacunes manifestes au niveau de la gouvernance. D’où la nécessité de recherche de nouveaux mode de gouvernement, face à l’échec des plans d’ajustement structurel et une pauvreté croissante. De ce fait elle présente l’intérêt de « reformuler les questions classiques de la sociologie politique relatives au pouvoir, hiérarchique.
Nous allons focaliser notre analyse, depuis son contexte (gouvernance) urbain la dimension spatiale .

Définition

le terme de gouvernance se caractérise par la polysémie, qui peut susciter des ambiguïtés et des confusions, ce qui rend difficile une définition unique,
Ce terme, dérivé de gouverner, est issu du latin gubernare qui veut dire l’art de gouverner, cette notion est fondue à partir d’une remise en cause de la rationalité instrumentale et de l’idée de hiérarchie entre niveaux de décision.

L’économiste Bernard Pecqueur, spécialiste du développement local, définit la gouvernance comme « un processus institutionnel et organisationnel de construction d’une mise en compatibilité des différents modes de coordination entre acteurs géographiquement proches, en vue de résoudre les problèmes productifs inédits posés aux territoires ». 2

I-L’historique double du concept de gouvernance territoriale :

a-la perspective économique :
Le terme gouvernance apparaît il y a plus d’un demi siècle chez les économistes qui développent l’idée de « corporate governance »
ELle a tout d’abord été mobilisée (notamment par R. Coase et O. Williamson) pour analyser la nature des coordinations entre agents individuels et

en relation

  • Politique industrielle
    20608 mots | 83 pages
  • Théories des organisations
    20994 mots | 84 pages
  • Relation internationale
    45162 mots | 181 pages