GPESC

Pages: 2 (391 mots) Publié le: 2 octobre 2014
En économie on garde une vision simplifiée du droit du licenciement.
Dans une entreprise, on suppose qu’il y a 2 joueurs, le patron et l’ouvrier.
V : valeur crée pour l’entreprise par un ouvrierqui travaille (gain pour l’entreprise  joue une fois)
S : Salaire versé à l’ouvrier (gain pour l’ouvrier & perte pour l’entreprise  joue 2 fois)
E : coût de l’effort fournit par un employé quitravaille
i : coût du contrôle pour l’entreprise

V > S > e > i

V=10  si l’ouvrier travaille
V=0  si l’ouvrier ne travaille pas
S = 5  si l’ouvrier travaille
S=0  si l’ouvrier ne travaillepas
I=1  si l’ouvrier travaille
I=0  si l’ouvrier ne travaille pas
E=2  si l’ouvrier travaille
E=0  si l’ouvrier ne travaille pas

E  concerne que ouvrier
I  que le patron
V  patron
S les deux

Ouvrier

TN

4,3
-1,0 (p)
5,3

-5,5 (1-p)
Patron C
N

Salaire  perte pour l’entreprise & gain pour l’ouvrier
Effort perte pour l’ouvrier
Contrôle  perte pour le patron
Valeur  gain pour le patron

PAS D’EQUILIBRE DE NASH.

On cherche avec quelle probabilité le patron va contrôler
P=proba avec laquelle lepatron va contrôler
1-p=proba avec laquelle le patron ne va pas controler.



L’objectif du patron c’est de placer l’ouvrier dans une situation d’indifférence. Cela signifie que le patron veut quel’ouvrier gagne la même chose que en jouant T et en jouant N.
1ère question que se pose le patron  quel est le gain de l’ouvrier s’il joue T ?
Pour répondre à cette question on fait un zoom sur la casequi correspond :
T
C
3 (p)
N
3 (1-p)

2ème question : quel est le gain de l’ouvrier s’il joue N ?
N
C
0 (p)
N
5 (1-p)

Il faut que le 1er gain que...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !