Grossesse en milieu scolaire

Pages: 9 (2169 mots) Publié le: 28 mai 2013
INTRODUCTION
Il n’est plus un secret au Bénin que l’avortement s’observe beaucoup plus fréquemment au sein de la couche juvénile. C’est un phénomène social dont les conséquences sont souvent dramatiques autant pour la victime que pour la famille et la nation. En dehors de l’avortement thérapeutique qui relève de la compétence du praticien, l’avortement clandestin ou provoqué constitue un dangerpermanent pour la jeunesse. « Combien de jeunes filles ou de femmes ne sont pas décédées pendant ou après un avortement provoqué dans notre pays? Combien de jeunes filles ou de femmes ne se retrouvent pas aujourd’hui sans enfant ou dans l’incapacité d’en procréer du fait de l’avortement provoqué ou clandestin? Combien de jeunes n’ont pas vu leur avenir détruit ou hypothéqué du fait de l’avortement?Combien de familles ne sont pas détruites ou disloquées du fait de cet acte crapuleux?» Voilà, de notre part, des interrogations que chaque citoyen doit se poser pour interpeller les consciences. « Aujourd’hui, je meurs d’envie d’être appelé mère, mais hélas, je n’ai juste mes yeux que pour pleurer ». Tels sont les propos d’une Jeune dame meurtrie quand elle a été abordée sur les questions del’avortement clandestin. Et Dieu seul sait que ce cas n’est pas isolé, nombreuses de nos jours, sont ces femmes à payer de leurs actes qui aux yeux de la société, est qualifié d’acte ignoble. L’avortement selon les spécialistes des questions gynécologiques est une interruption de grossesse>Il peut être involontaire et on comprend aisément l’amertume et l’état d’âme de la victime.
Dans le cascontraire, il est provoqué et n’est pas sans conséquence sur la santé de celles qui l’ont une fois pratiqué. Ce dernier connu sous le nom d’avortement clandestin est pratiqué par beaucoup de jeunes filles et autres jeunes dames foulant ainsi aux pieds l’arsenal juridique réprimant la pratique. Selon des sources bien informées, plusieurs cas d’interruption de grossesse ont nécessité une prise en charge.Ce taux élevé d’avortements clandestins résulte d’une faible utilisation des méthodes contraceptives affirme les mêmes sources qui ajoutent qu’il faut faire quelque chose pour arrêter la saignée.
Mais en revanche à la question de savoir qui sont celles-là qui s’adonnent à la pratique, les sources hospitalières ont fait remarquer que celles-ci se retrouvent dans toutes les couches socio-professionnelles. Les élèves, étudiantes, femmes adultes mariées ou célibataires etc en sont les demandeurs affirment les mêmes sources. Pour ces mêmes sources, les grossesses non désirées, l’âge, les relations sexuelles précoces, les relations extra conjugales, la prostitution, la misère sont entre autres raisons avancées et qui motivent à s’adonner à la pratique. Nous sommes conscientes des corollaires quinous attendent au lendemain de l’acte affirme une victime admise dans un centre de santé pour prise en charge. Mais en revanche, la pauvreté y tient une place de choix dans cette pratique ignoble qui loin de constituer comme au paravent un acte criminel, tend à se légaliser.
La contraception
En effet, à l’heure où la société africaine se modernise de plus en plus pour ressembler à celle d’Europe,notamment en ce qui concerne les femmes (scolarisation massive des filles, carrière professionnelle et mariage tardive des femmes, sexualité de plus en plus précoce et en dehors du mariage), la question de la contraception et les grossesses non désirées qui n’en sont que des conséquences reste encore un sujet tabou.
Il suffit juste de  constater que les programmes d’éducation à la contraceptions’adressent toujours aux femmes mariées, en vue de la limitation et l’espacement des naissances, mais jamais aux jeunes femmes ou aux adolescentes.
Les mères africaines, (rwandaises en particulier) n’ont pas encore le courage ou cette capacité d’admettre que leurs filles ont des rapports sexuels en dehors du mariage. Ceci tient en partie des contraintes d’ordre sociales qui le fera à leur...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Grosseses en milieu scolaire
  • grossesses en milieu scolaire
  • les grossesses en milieu scolaire
  • Les grossesses en milieu scolaire
  • Grossesse en milieu scolaire
  • sensibilisation des grossesses en milieu scolaire
  • les grossesses en milieu scolaire
  • Les grossesse precosse en milieu scolaire

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !