Guerre de crimée

Pages: 5 (1006 mots) Publié le: 8 février 2011
La GUERRE D'ORIENT

Les lieux saints de la Palestine sont une pomme de discorde permanente entre les différentes confessions chrétiennes. La garde en avait été partagée, et une partie confiée aux religieux catholique sous la protection de la France.

Elle est sans cesse remis en cause par les orthodoxes qui, en 1808, s'emparent des Lieux saints.
Cette “querelle de sacristie” dégénère en1851, lorsque la France invoque les Capitulations pour réclamer à la Porte qu'une commission mixte soit nommée afin d'examiner les titres des “Latins” et des “Grecs” à Jérusalem et à Bethléem.
Napoléon III qui, en dépit de la pression de Nicolas Ier, a été reconnu Empereur par les cours européennes, a besoin d'une guerre “pour distraire la France et intimider l'Europe”.

Le tsar répond auxexigences françaises par un coup de force.
Il invoque le Traité de Kutchuk-Kaïnardji et envoi à Constantinople le prince Mentchikov porter un ultimatum à la Porte : la Russie exige être reconnu protectrice de tous les sujets ottomans de religions orthodoxes, soit 12 à 15 millions de personnes.
Dans le même temps, convaincu que la France et l'Angleterre ne s'associeront pas pour s'opposer à la Russie,Nicolas s'entretient cordialement avec l'ambassadeur anglais à Saint-Pétersbourg, sir Hamilton Seymour.
Il lui représente l'Empire ottoman comme un moribond et il propose à l'Angleterre de s'allier à lui pour le dépouiller.
C'est à cette occasion qu'est employée la fameuse formule de “l'homme malade”.

Londres, qui vient d'être informé par des indiscrétions du diktat remis par Mentchikov,repousse l'offre russe et encourage le sultan à refuser l'ultimatum.
Abdül-Medjid renouvelle les garanties de pleine liberté religieuse pour tous ses sujets, une promesse qu'il sanctionne par un Hatt-i chérif le 6 juin 1853.

Les puissances se réunissent à Vienne et démontrent au tsar que la Porte obéit à la lettre et à l'esprit du traité de Kutchuk-Kaïnardji.
Nicolas ne veut pas en démordre :l'article 7 du traité autorise la Russie à exercer seule le droit de protection des chrétiens orthodoxes.
C'est l'impasse. L'armée russe envahit les principautés danubiennes et la Porte déclare la guerre à la Russie, le 4 octobre 1853.

La flotte ottomane est aussitôt anéantie dans le port de Sinope sur la mer Noire.
Le sultan fait appel aux puissances.
Londres et Paris font connaître au tsarleur détermination à soutenir l'Empire ottoman.
Comme Nicolas ne veut rien entendre, l'Angleterre et la France déclarent la guerre à la Russie en mars 1854.
La Grèce est tentée de se rangée du côté des Russes.

Les cabinets anglais et français lui intiment l'ordre de rester neutre et de respecter les frontières ottomanes. L'armée russe porte une offensive dans la Dobroudja et investie Silistrie.Les armées alliées ont besoin d'une base d'opération en Autriche.
Vienne, à la demande de Berlin – c'est la Prusse qui, désormais, dicte sa volonté à l'Autriche - , reste neutre. L'Autriche accepte seulement, au terme de longues négociations, de neutraliser en occupant les principautés roumaines et le Bas-Danube.

Le tsar replie alors ses troupes et porte son effort de guerre enTrans-caucasie.

La neutralité de l'Autriche leur interdisant de pénétrer en Russie par voie de terre, la France et l'Angleterre décident de conduire avec la Porte une expédition en Crimée et de prendre Sébastopol.

La Sardaigne – en fait le Piémont de Victor-Emmanuel et de Cavour – se joint à eux.
Bien que cette guerre ne le concerne en rien, Cavour y trouve une opportunité de gagner les 2 puissances àl'idée de l'unité italienne.

La Guerre “d'Orient” est donc engagée en Crimée où les armées s'immobilisent.
C'est une guerre moderne, menée avec des armes nouvelles, couverte par la presse, illustrée par la photographie.

En Angleterre et en France, l'opinion publique participe à l'évènement :
de grandes batailles – Alma, Balaklava, Inkerman ; des épisodes aussi héroïques qu'inutiles ;...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Guerre de crimée
  • La guerre de crimée
  • La guerre crime ou pas, 3eme
  • La Guerre n'est pas un crime
  • Dissertation : La différence entre crime de guerre et crime contre l’humanité
  • Crime
  • Crime
  • Le crime

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !