Gustave flaubert, par a. thibaudet

986 mots 4 pages
Gustave Flaubert, A. Thibaudet

Madame Bovary

"Mme Bovary c'est moi - d'après moi"
Il semble que Madame Bovary soit une biographie, pas de quelqu'un mais de la vie humaine. A la limite théorique du roman il y aurait un schéma de vie comme à la limite théorique du théâtre un pur scheme de mouvement.

Ce n'est pas une comédie humaine mais du roman pur.

Le développement dans le roman de Flaubert a lieu, non pas par addition, mais par épanouissement, enrichissement concentrique d'un thème posé d'abord de la façon la plus simple.
Avec le séjour à Tostes le vie conjugale vraie de Madame est terminée, comme il s'agissait de traiter de la vie de cette vie à deux, Flaubert n'a pas mis d'autre personnage que la bonne.
La description de Yonville est importante car il s'agit de poser un décors vrai, non pour la comédie humaine, mais pour la comédie de la bêtise humaine, de la misère humaine. Emma n'est pas faite du point de vue ironique et extérieur comme sont fait les autres personnages, elle est la chair et l'âme de Flaubert ("Madame Bovary, c'est moi décrit par moi"). Toutes les fois que madame Bovary est purement sensuelles (n'est que sens), Flaubert en parle d'une façon délicate presque religieuse et quitte le ton impassible ou ironique ; il assume son personnage et le prend pour son substitut.
Chez Emma comme chez Don Quichotte, le désir et les choses désirées n'ont pas le même coefficient. Le désir sensuel d'Emma comme l'imagination généreuse de Don Quichotte sont par eux même des réalités magnifiques où Cervantès et Flaubert reconnaissent et projettent le meilleur de leur coeur. Ils admirent le désir et l'ivresse et sourient des choses désirées. Ce sera la moitié réaliste de l'artiste qui peindra ces objets médiocres et dérisoires. Le roman de Flaubert est janséniste, il donne à la mort d'Emma une figure de damnation, il a voulu que le démon y fût présent, ce sera l'Aveugle, elle mourra dans un rire atroce de désespoir en l'entendant chanter sous sa

en relation

  • Madame bovary
    2753 mots | 12 pages
  • Opposition entre rey et thibaudet
    1448 mots | 6 pages
  • Commentaire littéraire mélancholia
    17588 mots | 71 pages
  • L'autobiographie dans les mots, sartre
    1016 mots | 5 pages
  • Informations sur madame bovary
    3317 mots | 14 pages
  • Gustave flaubert
    3066 mots | 13 pages
  • Madame bovary
    3221 mots | 13 pages
  • Gustave flaubert
    2984 mots | 12 pages
  • Madame bovary
    3647 mots | 15 pages
  • Naturalisme
    2388 mots | 10 pages