Harry truman

Pages: 9 (2228 mots) Publié le: 15 mars 2013
Lors de la Second Guerre Mondiale, les pays de la triple alliance (France, Angleterre, Russie) et de l’Axe (Italie, Allemagne, Japon) s’affrontèrent. Étant donné les liens qui unisse l'Allemagne au Japon, l'Allemagne étant en guerre avec les États-Unis, le Japon ayant une position d'allier, déclenche la guerre à ce dernier. C’est en attaquant par surprise la base navale de Pearl Harbor dansl’État d’ Hawaii que le Japon déclara la guerre aux États-Unis. Voyant que le Japon prend de l’expansion sur le territoire chinois, Roosevelt s’allie avec la Chine. Le Japon se fait bombarder par les États-Unis mais ne veut pas lâcher les armes, chose que l’Allemagne fini par faire. Les 6 et 9 août 1945 les États-Unis bombardent les villes d’Hiroshima et de Nagasaki. Le lendemain soit le 10 août 1945 leJapon capitule.

Plusieurs historiens se sont posé la question suivante : Était-il nécessaire pour les États-Unis d’utiliser l’arme nucléaire contre le Japon en 1945 ? Certains de ces historiens sont en accord avec le choix fait par les États-Unis. L’un des arguments principal de Truman était que « […] Le bombardement aurait épargné un million de vies, étaient présentées comme des faitsincontestables. » (p.7.2) Les États-Unis voulaient avoir le moins de perte possible de leur coté, donc en bombardant il y aurait eu moins de morts car deux choix se présentaient à eux, soit lâcher la bombe nucléaire, soit faire une invasion au Japon. S’ils n’avaient pas lâché de bombe, ils auraient fait une invasion au Japon, où ils auraient perdu beaucoup de leurs hommes durant les combats. C’estl’idée traditionnelle selon laquelle le bombardement avait permis d’éviter l’invasion du Japon par les États-Unis. (p.7, 2) Certain pense que ce qui se serait passé au Japon, si ça n’avait pas été la bombe, aurait été bien plus tragique (7,3) Autrement dit, une invasion aurait causé bien plus de tord qu’une bombe atomique, pour les Américains. L’utilisation de la bombe les assuré d’avoir moins de pertes,moins de dommage .C’était bien plus facile d’utiliser des avions, de jeter la bombe sans penser à ce qui se passe en dessous de ce nuage de poussière et de repartir. Les vies des américains n’étaient pas en danger.



































































Certains estiment qu’il ne fallait pas bombarderHiroshima. Le Japon était déjà à terre et souhaitait se rendre (7.4) Leur flotte était impuissante et leurs attaques aériennes se limitaient à des actions suicidaires, de plus l’armée japonaise s’affaiblissait et était de moins en moins efficace d’après le général Douglas MacArthur (7.4) Il est donc faux de dire que les États-Unis devait lancer la bombe pour que le Japon se décide à capituler. Deplus, d’après une étude faite par le département de la Guerre : «Les dirigeants japonais avaient décidé de se rendre et cherchaient simplement un prétexte suffisant pour convaincre les militaires jusqu’au-boutistes que le pays avait perdu la guerre et qu’il fallait capituler devant les Alliés. » Les Japonais étaient donc sur le point de capituler et les Américains étaient au courant. Lacapitulation était donc incontournable. L’empereur du Japon a même tenté d’organiser la reddition à Moscou et ce, secrètement en souhaitant y envoyer son représentant : le prince Konoe Fumimarô. Le but de l’empereur était que Moscou joue le rôle d’intermédiaire pour faire par aux États-Unis le point de vue des Japonais. (7.4) Même le chef d’état- major William D. Leahy affirmait : « Je pense aujourd’huiqu’on peut organiser la reddition du Japon dans des termes acceptables par ce pays et qui garantiront pleinement la sécurité de l’Amérique dans la région du Pacifique. »(7,4) En effet, on constate par ces dires que les États-Unis étaient au courant du désir de capitulation du Japon et pouvait garantir leur sécurité. Ils étaient en position de force et les nippons en position de faiblesse....
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • De harry truman à johnson le réflexe de peur face au communisme.
  • truman
  • truman
  • Truman
  • Truman
  • Truman
  • harry
  • Harry

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !