Hdesarts

Pages: 5 (1063 mots) Publié le: 1 mai 2012
Omaha Beach était le nom de code d’une des cinq plages donné par les alliés américains lors du débarquement en Normandie en juin 1944. Ce cliché de Robert Capa, grand photojournaliste de guerre, reste un des seuls et le plus connu de ledit débarquement. Comment le photojournalisme chercher pb. Nous allons tracer tout d’abord dans les grandes lignes la vie de Capa ensuite je vais
I.Biographie



Robert Capa de son vrai nom Endre Ernő Friedmann, né en octobre 1913 à Budapest et mort à l’âge de 40 ans en Mai 1954 au Vietnam est vraisemblablement le photographe de guerre le plus illustre de son époque.
A l‘âge de 17 ans, socialiste et membre du Munkakör, groupe avant-gardiste d’artistes et d’intellectuels, il est forcé de quitter son pays natal, chassé par le régimeautoritaire de son pays à cause de ses opinions politiques pour venir s’installer à Berlin. Il a alors pour objectif de devenir journaliste et trouve un premier travail comme apprenti développeur dans une agence de photos berlinoise. Parallèlement il suit des études de sciences politiques à la Deutsche Hochschule für Politik, mais n’y reste pas longtemps faute d’argent.

C’est en 1932 qu’il couvreson premier sujet à Copenhague, Léon Trotski poursuivi par des assassins sous l’ordre de Staline.
Lorsque Hitler arrive au pouvoir, juif, il est de nouveau obligé de fuir, et quitte l’Allemagne pour Paris. C’est dans les cafés de Montparnasse qu’il rencontre les photographes David Seymour et Henri Cartier-Bresson, avec qui il fonde quelques années plus tard la coopérative photographiqueMagnum qui regroupe certainement les plus célèbres photographes et photojournalistes du monde. Après avoir fait la connaissance de Gerda Taro, une étudiante allemande juive et antifasciste devenue sa compagne, il décide avec elle de se créer un personnage ; désormais il se nomme Robert Capa, est américain, riche, chic et mondain.


Il ne couvre alors plus que des guerres ; celle d’Espagnedéjà où avec sa compagne il prend la célèbre photo intitulée Mort d’un soldat républicain qui lui vaudra le prix du meilleur photographe de guerre en 1938, puis celle Sino-japonaise, cette fois ci sans Gerda Taro, décédée l’année précédente.
Il émigre ensuite à New York pour rejoindre sa mère et son frère. Là bas le magazine Colliers le charge de couvrir le front d’Afrique du nord. C’est ensuiteau tour du magazine Life de le charger de suivre en Sicile le débarquement des troupes alliées puis en Normandie le 6 juin 1944, il est le seul photographe présent. Pendant plus de 6 heures, sous les bombes et entre les balles, il photographie la guerre au plus près. Aux côtés des soldats, il prend 119 photos. Malheureusement, par une maladresse d’un laborantin de Life pressé par le temps (lesphotos sont arrivées juste avant le bouclage), seules 11 photos subsistent, valables, mais assez floues.
À la Libération, Capa prend des clichés de femmes tondues à Chartres et offre ainsi un témoignage sur l’épuration.
En 1948, il assiste à la naissance de l’État d’Israël et développe un lien étroit avec le jeune État, où il se rend à plusieurs reprises entre 1948 et 1950. Les photos prisesau cours de ces séjours font l’objet d’un livre, « Report on Israël », publié en 1950.
Le magazine Life aura encore recourt aux services du photographe pour couvrir la guerre d’Indochine. Étant au Japon en 1954 pour une exposition photos de Magnum, il se porte volontaire. C’est donc aux côtés des troupes françaises qu’il parcourt le Viêt Nam.
Le 25 mai 1954, près du Tonkin, au Viêt Nam, voulantprendre une photo générale des soldats français, il s’écarte du chemin et marche sur une mine. Selon son frère Cornell : «Il mourut sur une route sans importance, lors d’une action sans importance, tel était son destin.» Avec son appareil à la main. À titre posthume, la France lui décerna la Croix de guerre.



II. L’œuvre

Il s’agit d’un travail en 2D, c’est-à-dire une...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !