henri barbusse

Pages: 12 (2925 mots) Publié le: 27 août 2014
De la guerre :

livre 1 : Sur la nature de la guerre :

chapitre 1 : qu'est ce que la guerre ?

2) la guerre est un acte de violence engagé pour contraindre l'adversaire à se soumettre à notre volonté
violence = moyen

imposer notre volonté a l'enemi = fin
3) utilisation de violence physique necessite cooperation de l'inteligence
impossible d'introduire dans la philosophie de laguerre un principe de moderation sans commettre une absurdité
2 éléments combats de l'Homme - sentiment hostile
- l'intention hostile : jamais ou rarement,dominées par l'hostilité des sentiments
si la guerre est un acre de violence, la passion en fait necessairement parti.
La guerre est un acte de violence, et l'emploi de celle ci ne connait pas delimites. Chaque adversaires impose sa loi a l'autre, il en resulte une interaction qui, doit forcément conduire aux extrêmes. ( 1ere intéraction )

4) l'objectif est d'oter a l'enemi tous moyen de se defendre
enemi = objectif de l'acte militaire
Tant que je n ai pas écraser l'adversaire, je dois craindre qu'il ne m'ecrase, je ne suis donc plus mon propre maitre, car il m'impose sa loicomme je lui impose la mienne (2eme intéraction)
5) doser notre effort en fonction de sa force de résistance = produit de 2 facteurs indisociables : - l'ampleur des moyens qu'ils dispose
- vigueur de sa force de volonté
A supposer que que nous obtenions une estimation vraisemblablede la force de resistance de l'adversaire, nous pourrions doser nos efforts enconséquence cependant l'adversaire fait de même (3eme intéraction)
6) .
7) la guerre n estjamais un acte isolé
8) la guerre ne consiste pas en une frappe unique et sans durée
le monde réel remplace bien ici celui de l'abstraction, et modère ainsi l tension vers l'extrême. Des les préparatifs de guerre le monde réel prend la place du pur concept et qu'une mesure réel remplace les hypothèsesextrêmes. Les 2 adversaires, dans leur intéraction, resteront en dessous de la ligne d'extreme effort, forces (armées, le territoire, les alliés) pas aussitôt deployées.
La nature de la guerre s'opppose à une réunion parfaite des forces à un même moment. La tendance aux extrêmes est à nouveau réduite à une mesure déterminée de l'effort.
9) Il ne faut pas considerer l'issue générale d'une guerre comme unabsolu.
10) Les probabilités de la vie réelle remplacent l'extrême et l'absolu du concept. Si l'extrême n'est ni redouté ni recherché il revient alors aux jugements de déterminer les limites imposées aux efforts. Et ceci à partir des données qu'offrent les phénomènes du monde réel, ne peux se calculer qu'a partir des lois de probabilités. Chacune des 2 parties tâchera de déduire du caractère,des institutions, de la situation et des conditions de l'adversaire l'action de l'autre qui fixera la sienne en conséquence.
11) Aparitions des fins politiques : la fin politique est bien le mobile initial de la guerre. Elle ne peut donc servir de mesures que si nous tenons comptes de son influence sur les masses qu'elle doit mettre en branle. Elle sera, en tant que mesure, d'autant plusprédominante et même decisive que les masses seront indifférentes et que moindre seront les tensions s'exercant aussi dans d'autre domaines, à l'itérieur des 2 états et dans leurs relations mutuelles.
12) Cette acte peut-il cesser un instant ? Le temps depend de raison interne et apartient a la durée propre de l'action.
Tout laps de temps qui n'apartient pas a la durée de guerre paraît absurde
13) uneseule raison qui semble unilatérale peut arrêter l'action. Tant qu'il n'y a pas de paix le principe d'hostilité exite. Un equilibre parfait des forces ne peux suciter la cessation de l'action, car celui qui poursuit l'objectif positif en profiterait pour garder l'avantage.
Equilibre
14) si la continuité de l'acte militaire existait elle pousserait l'action à l'extrême. Dans de nombreuses...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • henri barbusse
  • les poilus dans tranchées de Henri Barbusse
  • Le feu henri barbusse
  • Le feu de henri barbusse
  • Analise semiotique du texe Le premier amour de Henri Barbuse
  • barbusse
  • Henri
  • henri

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !