Henri bergson

277 mots 2 pages
Henri Bergson, né le 18 octobre 1859 à Paris où il est mort le 4 janvier 19411, est un philosophe français. Il a publié quatre principaux ouvrages : d’abord en 1889, l’Essai sur les données immédiates de la conscience, ensuite Matière et mémoire en 1896, puis L'Évolution créatrice en 1907, et enfin Les Deux Sources de la morale et de la religion en 1932. Il a obtenu le prix Nobel de littérature en 1927. Son œuvre est étudiée dans différentes disciplines : cinéma, littérature, philosophie, neuro-psychologie, etc
Henri Bergson donne l'impression d'avoir vécu la vie calme et sans surprises d’un professeur de philosophie. Or, s'il a toujours été d'une grande discrétion, il a joué un rôle important du point de vue de la politique internationale. Sa participation à la création de la Commission internationale de coopération intellectuelle, ancêtre de l'UNESCO, en 1921 peut illustrer l'importance qu'il accordait à l'éducation pour favoriser la paix internationale. Mais sa participation à la création de la Société des Nations date du moment où il a été le délégué de la France pour négocier avec les États-Unis et leur président Woodrow Wilson pour que ceux-ci s'interposent contre la triplice lors de la Première Guerre mondiale. En 2008, on a pu déterminer toute l'influence que Bergson aura eue sur les 14 résolutions proposées par Wilson afin de créer une instance gouvernementale internationale pour prévenir les conflits armés. Son ouvrage Les Deux Sources de la morale et de la religion explore notamment, du point de vue philosophique, les causes de la guerre et les moyens de les

en relation

  • Henri bergson
    796 mots | 4 pages
  • Henri bergson
    486 mots | 2 pages
  • Henri bergson
    536 mots | 3 pages
  • Henri bergson
    385 mots | 2 pages
  • Henri bergson
    1201 mots | 5 pages
  • Henri bergson
    264 mots | 2 pages
  • Henri bergson
    3171 mots | 13 pages
  • Le rire, henri bergson
    662 mots | 3 pages
  • Philosophie henri bergson
    1584 mots | 7 pages
  • Henri bergson, le rire
    292 mots | 2 pages