Histoire de faire quelque chose

Pages: 10 (2257 mots) Publié le: 16 janvier 2014
C'est juste un document sur lequel je suis obligée d'écrire quelque chose... donc voilà j'écris un truc totalement inutile mais ce site peut m'aider donc bon... voila voila ^^ Mais foutez moi la paix j'écris ce que je veux, m-zut! S'il est trop court, tant pis! bon technique de dernier recours... copier coller une fanfiction! :p si vous voulez lire le premier chapitre, ne vous gênez pas!
Lespéchés capitaux sont utiles à Tsuna !
Chapitre 1 : La paresse.
« L’amour est l’affaire du paresseux, mais la paresse de l’occupé » - Edward George Bulwer Lytton, Ier baron Lytton.
Huit heures moins le quart, un jeune adolescent dormait tranquillement dans son lit douillet, rêvant d’un petit lion répondant du nom de Natsu gambadant dans un champ en…sonnant ??
BIP BIP BIP !
Tsuna se réveilla ensursaut, il regarda son réveil et ouvrit les yeux en grand.
-AAAAAAAAAAAAH ! Je vais me faire tuer !
Le châtain se leva en précipitation, s’habilla en quatrième vitesse et descendit les escaliers en se cassant trois fois la figure ! Et oui la chance « Tsunariène » est toujours aussi mauvaise même avec de l’expérience acquise ! Une fois les escaliers dévalés, notre héros courra dans la cuisine,prit la moitié du toast de Lambo –qui piqua une crise pas possible- et traça jusqu’au Lycée.
Tsuna franchit la grille juste au moment de la sonnerie, il souffla un bon pour reprendre son souffle, et il remarqua que son tuteur était posé sur sa tête et le regardait avec un air qui ne voulait rien dire de bon.
-REBORN ! Pourquoi tu ne m’as pas réveillé ?! J’aurais pu me faire tuer par Hibari-san !,s’écria Tsuna.
-Mais Tsuna, rétorqua ce dernier d’un air innocent, c’est toi qui me dis tout le temps d’arrêter de te réveiller ! Pour une fois que j’ai suivis ce que tu me disais, toi tu fâches !
-Euh…Roh ! Je te demande juste de ne plus me réveiller comme tu le fais ! Trouve juste un autre moyen !
-Je fais ce que je veux dame-Tsuna ! Ce n’est pas ma faute si tu es si paresseux ! A partir demaintenant, tu vas devoir te lever tout seul !, Répliqua Reborn, et au fait pour ce qui est de Hibari, je te souhaite bonne chance, il arrive ! Ciaossu !
Et c’est sur cette fin de phrase pas du tout inquiétante, il disparu en laissant le loisir à Tsuna de voir ce qui l’attendait : un préfet ayant l’aire d’une humeur guillerette, près à faire un gros câlin à Tsuna !
-Kami korosu !-IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIH !, Notre froussard international s’enfuya en voyant Hibari sortir ses tonfas. Tsuna atterrit devant sa salle de classe, il toqua et entra.
-Et bien monsieur Sawada, lui dit le professeur, être en retard est une habitude chez vous ! Allez vous assoir et je ne veux aucune vague venant de vous !
Tsunayoshi alla s’assoir à sa place sous le regard moqueur de ses camarades et ceux inquietsde ses amis. Il avait vraiment la flemme de répliquer quoi que se soit à qui que se soit. Le professeur poursuivit son cour, le châtain ne compris pas grand-chose comme à son habitude.
Il repensa à ce début de journée. Déjà Reborn ne l’avait pas réveillé et lui avait dit qu’il devait se lever tout seul désormais. Un coup au moral, un ! Parce que mine de rien, les réveils de son tuteur étaitpeut être spéciaux, il n’en est pas moins que sans lui, Tsuna se serait levé plus tard que maintenant. Quand même, il était un vrai feignant, un paresseux !
Deuxièmement, quand il avait vu Hibari, quelque chose en lui s’était « réveillée ». Son cœur battait plus vite, ses mains étaient moites. Il ne savait pas ce que c’était et ne voulait rien savoir ! Ca devait être l’aura que dégageait le préfet,elle était effrayante. Il retenu un frisson.
Après cette conclusion –qui nous indique que Tsuna est vraiment aveugle- pour le moins pertinente (FAUX !), son regard se dirigea vers Kyoko. Il avait fait un trait dessus depuis qu’il l’avait surpris avec Haru à proférer des injures envers Yamamoto, qui était pour elles nul et sans intérêt. Tsuna avait était déçu de son comportement. Il s’était mis...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Quelque chose
  • Quelque chose
  • quelque chose
  • Quelque chose.
  • Quelque chose
  • Quelque chose noire, roubaud
  • Dire "je" est-ce dire quelque chose ?
  • Quelque chose de vertigineux

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !