Hopital de guerre

Pages: 2 (253 mots) Publié le: 2 mai 2011
Hôpital de guerre

La salle est vaste, les tentures en enfilade
Semblent s’éteindre dans le lointain, à l’infini
Perspective envoûtante qui glace,happe.

Puis, il y a un lit.

Voudrait y reposer un visage hâve.
L’oreiller le porte comme oiselet
sous son poids se froisser.
Paupières closes,lèvres entrouvertes
Pour un souffle déjà perdu,
Il faudrait assister
Cette âme presque passée
S’imbiber d’un peu d’humanité.

Puis, il y a un lit.

Lesdraps renversés
Jettent aux regards un torse coupé
De fines côtes dévoilées
Sous une enveloppe décharnée.
Trop de privations, d’oublis
Mal de ne pasêtre de plomb
Des yeux supplient
Je ne sais : compassion, pitié.

Puis, il y a un lit.



Gamin s’étouffe du manque de vie
Mainscrispées, d’hématomes tachetées
Il cherche à respirer.
Sous les couvertures des jambes s’agitent
Pour échapper à rémission temporaire.
Mécanisme de naissanceoublié,
L’homme s’affole pour un reste d’amour
Qu’il voudrait encore donner.


Tout est blême, pâleur universelle.
Des murs aux rideauxpoussés
En paquet sur une tringle rouillée.
La misère s’accumule dans les corps blessés.
Existe seule la couleur du sang
Qui crache son vermillon dans cedécor délavé,
S’éclate arrogante avec dernière majesté
Au cœur des bandages, des compresses résignés.
L’horreur gronde tapie dans les blessures béantesDe ces hommes offerts aux folies des guerriers.

Puis, il y a un lit,
Encore un autre lit,
Toujours des lits,
Des lits, des lits, des lits….
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Hopital
  • Hopitaux
  • hopital
  • hôpital
  • Hopital
  • Hopital
  • Hopitaux algeriens
  • Hopital psychiatrique

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !