hrdrw

13019 mots 53 pages
Michel de Montaigne
Michel de Montaigne

Philosophe et moraliste
Renaissance
alt=Description de cette image, également commentée ci-après
Portrait présumé de Montaigne par un auteur anonyme (anciennement attribué à Dumonstier) repris par Thomas de Leu pour orner l’édition des Essais de 1608.
Ce portrait, dit de Chantilly car acquis par le duc d’Aumale en 1882, est aujourd’hui au musée Condé,
Les vêtements et décorations désignent le détenteur de l'ordre de Saint-Michel qui lui fut attribué en 1577.

Données clés
Naissance 28 février 1533 à Saint-Michel-de-Montaigne,
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Décès 13 septembre 1592 à Saint-Michel-de-Montaigne,
Drapeau du Royaume de France Royaume de France (à 59 ans)
École/tradition Humanisme
Principaux intérêts L'Homme
Idées remarquables La vertu aimable
Œuvres principales Essais
Influencé par L'Antiquité et Jean de Léry[réf. nécessaire]
A influencé Pascal, Voltaire, Schopenhauer et Nietzsche modifierConsultez la documentation du modèle

Signature de Michel de Montaigne.
Michel Eyquem de Montaigne, dit Montaigne, seigneur de Montaigne1, né le 28 février 1533 et mort le 13 septembre 1592 à Saint-Michel-de-Montaigne (Dordogne), est un philosophe et moraliste de la Renaissance. Il a pris une part active à la vie politique, comme maire de Bordeaux et comme négociateur entre les partis, alors en guerre dans le royaume (voir Guerres de religion (France)). C'était un ami personnel d'Henri de Navarre, le futur Henri IV.

Les Essais (1572-1592) ont nourri la réflexion des plus grands auteurs en France et en Europe, de Shakespeare à Pascal2 et Descartes, de Nietzsche et Proust à Heidegger.

Le projet de se peindre soi-même pour instruire le lecteur semble original, si l'on ignore les Confessions de Saint Augustin : « Je n’ai d’autre objet que de me peindre moi-même. » (cf. introspection) ; « Ce ne sont pas mes actes que je décris, c’est moi, c’est mon essence3. » Saint Augustin dans ses

en relation