ijhilhkjl

Pages: 6 (1400 mots) Publié le: 29 juin 2014
Corpus sur le personnage du XIXe siècle à nos jours
Document 1 : François René de Châteaubriand, René, 1802
Un secret instinct me tourmentait : je sentais que je n’étais moi-même qu’un voyageur, mais une voix du ciel
semblait me dire : « Homme, la saison de ta migration n’est pas encore venue ; attends que le vent de la mort se
lève, alors tu déploieras ton vol vers ces régions inconnues queton cœur demande. »
« Levez-vous vite, orages désirés qui devez emporter René dans les espaces d’une autre vie ! » Ainsi disant, je
marchais à grands pas, le visage enflammé, le vent sifflant dans ma chevelure, ne sentant ni pluie, ni frimas,
enchanté, tourmenté, et comme possédé par le démon de mon cœur.
Document 2 : Alexandre Dumas, Le Comte de Monte Cristo, 1845
Edmond Dantés, le héros duComte de Monte Cristo, vient d’être recueilli sur un navire après s’être évadé de la
prison du château d’if.
Sous le prétexte qu'il était fatigué, Dantès demanda alors à s'asseoir au gouvernail. Le timonier, enchanté d'être
relayé dans ses fonctions, consulta de l'œil le patron, qui lui fit de la tête signe qu'il pouvait remettre la barre à
son nouveau compagnon.
Dantès ainsi placé put resterles yeux fixés du côté de Marseille.
— Quel quantième du mois tenons-nous ? demanda Dantès à Jacopo, qui était venu s'asseoir auprès de lui, en
perdant de vue le château d'If.
— Le 28 février, répondit celui-ci.
— De quelle année ? demanda encore Dantès.
— Comment, de quelle année ! Vous demandez de quelle année ?
— Oui, reprit le jeune homme, je vous demande de quelle année.
— Vous avezoublié l'année où nous sommes ?
— Que voulez-vous ! J'ai eu si grande peur cette nuit, dit en riant Dantès, que j'ai failli en perdre l'esprit ; si bien
que ma mémoire en est demeurée toute troublée : je vous demande donc le 28 février de quelle année nous
sommes ?
— De l'année 1829, dit Jacopo.
Il y avait quatorze ans, jour pour jour, que Dantès avait été arrêté.
Il était entré à dix-neufans au château d'If, il en sortait à trente-trois ans.
Un douloureux sourire passa sur ses lèvres ; il se demanda ce qu'était devenue Mercédès pendant ce temps où elle
avait dû le croire mort.
Puis un éclair de haine s'alluma dans ses yeux en songeant à ces trois hommes auxquels il devait une si longue et
si cruelle captivité.
Et il renouvela contre Danglars, Fernand et Villefort* ce sermentd'implacable vengeance qu'il avait déjà
prononcé dans sa prison.
*Ceux qui ont fait condamner injustement Edmond Dantès
Document 3 : Guy de Maupassant : En famille. Texte publié dans La Nouvelle Revue du 15 février 1881,
puis publié dans le recueil La maison Tellier.
M. Caravan avait toujours mené l'existence normale des bureaucrates. Depuis trente ans, il venait invariablement
à son bureau,chaque matin, par la même route, rencontrant, à la même heure, aux mêmes endroits, les mêmes
figures d'hommes allant à leurs affaires ; et il s'en retournait, chaque soir, par le même chemin où il retrouvait
encore les mêmes visages qu'il avait vus vieillir.

Document 4 : Louis-Ferdinand Céline (1894-1961) Voyage au bout de la nuit (1932)
L’auteur raconte son expérience de la Première GuerreMondiale à travers le personnage de Ferdinand
Bardamu
« Allez-vous-en tous ! Allez rejoindre vos régiments ! Et vivement ! qu’il gueulait.
— Où qu’il est le régiment, mon commandant ? qu’on demandait nous…
— Il est à Barbagny.
— Où que c’est Barbagny ?

— C’est par là ! »
Par-là, où il montrait, il n’y avait rien que la nuit, comme partout d’ailleurs, une nuit énorme qui bouffait la
routeà deux pas de nous et même qu’il n’en sortait du noir qu’un petit bout de route grand comme la langue.
Allez donc le chercher son Barbagny dans la fin d’un monde ! Il aurait fallu qu’on sacrifiât pour le retrouver
son Barbagny au moins un escadron tout entier ! Et encore un escadron de braves ! Et moi qui n’étais point brave
et qui ne voyais pas du tout pourquoi je l’aurais été brave,...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !