il éait une fois le néo

654 mots 3 pages
Néo-taylorisme : taylorisme réadapté aux nouvelles donnes du marché.

Le néo-taylorisme est une nouvelle transformation de l'organisation du travail et de la production qui ne remet pas fondamentalement en cause, les principes du taylorisme. On insiste plus sur la continuité du taylorisme plutôt que sur la rupture du taylorisme

Pourquoi ce néo-taylorisme ? Parce que c'est un système qui a fait ses preuves en matières de gains de productivité, que les employeurs ont su adapter à la production du juste à temps en usant de nouvelles technologies et en effaçant les aspects les plus humiliants du taylorisme au niveau humain. Le chômage de masse qui touche la France dans les années 80 à faciliter l'acceptation par les salariés de ce néo-taylorisme

III- Post-taylorisme ou néo-taylorisme: y-a-t-il eu un réel changement ?

La remise en cause du système taylorien a abouti au post-taylorisme caractérisé notamment par une meilleure participation des différents acteurs et une meilleure communication de l’information (A).

Cependant le mode d’organisation taylorien, centré sur la notion de rentabilité et la production de masse, reste très présent dans l’industrie, c’est pourquoi on parle aussi de néo-taylorisme (B).

B. …mais les caractéristiques du taylorisme perdurent : le néo-taylorisme

1) L’ombre de Taylor plane encore sur l’organisation du travail

La forme a changé mais le concept reste identique :

Même si les structures deviennent plus flexibles, il existent toujours des temps de production contraignants. La diminution des temps morts demeure le fondement de l’organisation : il s’agit toujours de lutter contre la flânerie, non plus contre celle des hommes, mais celle des machines. La production en flux tendu, le JAT, ne sont en fait rien d’autre que l’expression d’un taylorisme modernisé.

La cadence, les rythmes de travail contraignant, n’ont pas disparu, au contraire, l’automatisation a permis d’accélérer ces cadences.

La

en relation

  • Droit
    41912 mots | 168 pages
  • Droit
    46238 mots | 185 pages