Incipit candide

266 mots 2 pages
Les effets de décalage sont des indices pour le lecteur, montrant qu'il s'agit d'une satire. Ainsi, on note de nombreux rapprochements illogiques, comme la relation entre la puissance du baron et la présence de « portes » et de « fenêtres » à son château; de même le rapport entre la masse de la Comtesse et le respect dont elle jouit. Le pouvoir des personnages représentent donc l'illusion, et non d'une réalité. Il y'a une confusion dans la description, et le narrateur souligne implicitement que chez le baron tout est faux; ex: « chiens de basse-cour » complètent « la meute », « palefreniers » sont ici « piqueurs », « vicaire du village » « grand aumônier ». Il y'a donc une confusion entre la réalité et l'apparence; on a dans un premier temps l'impression d'un grand noble qui mène alors qu'il n'est rien de cela. De même, le raisonnement de Pangloss est totalement décalé (Pangloss=« tout en langue »); pour le montrer, le narrateur lui donne la parole au discours direct. Les exemples qu'il prend reposent sur une démonstration soi-disant logique: « donc », « par conséquent »; mais en réalité elle ne comporte aucune logique: la conclusion qu'il formule est donc totalement inacceptable.

Dès le chapitre 1 de Candide, Voltaire place des indices dans le texte qui attirent l'attention du lecteur, soulignant l'illusion de la richesse et de connaissance dans laquelle vivent les personnages. Il n'y a aucune référence au monde extérieur, et Candide ne connaît que ce qui l'entoure; c'est un monde fermé sur lui-même, basé sur des valeurs

en relation

  • Incipit Candide
    1147 mots | 5 pages
  • incipit candide
    606 mots | 3 pages
  • Candide incipit
    499 mots | 2 pages
  • Incipit de candide
    298 mots | 2 pages
  • Candide incipit
    715 mots | 3 pages
  • Candide incipit
    1013 mots | 5 pages
  • Incipit de candide
    1351 mots | 6 pages
  • Incipit candide
    474 mots | 2 pages
  • Candide incipit
    1434 mots | 6 pages
  • Incipit de candide
    825 mots | 4 pages