Incipit de germinal . - plan développé.

777 mots 4 pages
Un personnage en situation :
Tout d’abord, nous voyons que Zola met en scène la marche difficile du personnage, dans le froid et les Ténèbres, et fait entrer le lecteur dans un monde hostile. Ce qui frappe et prouve l’originalité de ce texte c’est qu’ici se sont plutôt les détails matériels, les détails concernant les sensations et les émotions par rapport au paysage, à l’espace qui sont mis en avant par l’auteur.

Le personnage reste tout le long de l’incipit un héros anonyme et solitaire, anonyme par l’utilisation de l’auteur du mot « l’homme » par quatre fois « un homme suivait seul la grande route », « L’homme est parti de Marchiennes vers deux heures », « L’homme avait à droite une palissade » et « L’homme reconnut la fosse ». Il y a aussi l’utilisation dans tous le texte du pronom « il », « il ne voyait même pas le sol », « il marchait d’un pas allongés » ou « il fit environ deux cents pas ». Le personnage est évoqué par des mots ou pronoms qui ne fournissent presque aucune information aucun portrait physique ou psychologique n’est fait. Et solitaire par l’utilisation à la ligne deux du mot « seul ». Un personnage qui par les termes «grelottant sous le coton aminci de sa veste et de son pantalons de velours» l. 14-15 « faisaient saigner » l.20, « ouvrier sans travail et sans gîte » l.21 est représenté comme une victime pauvre qui n’a sur lui qu’« un petit paquet noué dans un mouchoir à carreaux». C’est un héros démuni qui souffre, en situation défavorable qui est exclu et ne pense plus à rien « tête vide » l.13 mis à part l’espoir d’avoir moins froid, l’espoir que le froid soit « moins vif ». Un héros que l’on peut dire maltraité grâce à la métaphore des « lanières du vent d’est » permettant de rapprocher deux réalités, la réalité de la nature et celle qui fait référence à un esclave fouetté par le vent dont les mains « saignaient ». Cet homme debout tire sa force de la terre. Il se retrouve en

en relation

  • Un bon début de roman
    779 mots | 4 pages
  • Incipit
    1845 mots | 8 pages
  • La méthode du commentaire de texte!
    2169 mots | 9 pages
  • Thérèse raquin, contrôle de séquence
    1607 mots | 7 pages
  • Roman
    6265 mots | 26 pages
  • Copie
    8872 mots | 36 pages
  • Analyse
    18034 mots | 73 pages
  • Bel ami
    10198 mots | 41 pages
  • roman et personnages
    13011 mots | 53 pages
  • Bac français
    10175 mots | 41 pages