Infos didactiques sur la technique des rubans oosterlynck

338 mots 2 pages
Infos didactiques sur la technique des rubans OOSTERLYNCK.
Traduction du néérlandais, le 21 juillet 2011 par Luc Oosterlynck, ingén.text. à Gand (B).
I.-Historique.

a- Depuis des siècles, l’on file au moyen de fibres individuelles et parallèles. b- Vers l’an 1900 des chimistes allemands développent la soie artificielle (= la rayonne). c- Vers 1950, les américains vont “extruder” de filaments en continu (nylon, acryl, polyester.) d- Depuis la Mondialisation, l’on trouve partout dans le Monde, des tissus à bon-marché. En 2002 Oosterlynck coupe ces tissus de “biais” (= à 45 °) pour les employer comme “trâme”. Coupés “à chaud”, au moyen d’un fer à souder effilé de 60 Watt, les tissus synthétiques ne vont pas s’effilocher à l’usage.

II. Matières Premières.
Presque tous les tissus serrés se prettent à la coupe en “biais”. Bien sûr, l’on choisit un tissu en fonction de son emploi final. La Laine et le Polyester pour leur effet “ressort” . Le coton, le lin et la viscose pour leur effet decoratif et leur “tombant”.

III. Mise en oeuvre.
Le travail des rubans continus se fait selon des techniques textiles connues: le tissage, le tufting et le tricotage. Le mieux est de s’informer dans les écoles de tissage manuels. Roubaix et à l’Est.
En fait, sur un petit “cadre” de tissage de 30 x 60 cm, après avoir tendu une chaîne solide , à raison de 2 fils/cm, l’on tisse 5 cm de tissu serré. Puis à l’aide d’une latte de 2,5 cm l’on va, entre 2 fils de chaîne, passer le ruban qui se retrouve dans la “foule”, autour de la latte. Après serrage de 3 duites et ainsi de suite, l’on va couper le dessus des boucles au moyen de ciseaux.
Après avoir terminé le tout (+/- 2 Hrs) , l’on enduit le dos avec de la colle à bois, diluée à 25 %.
Après sèchage, l’on coupe les fils de chaîne, pour libérer le petit “tapis” à papillons

en relation