Initiation au valeur

Pages: 6 (1330 mots) Publié le: 21 mai 2013
THEME : LES GRANDES DICTATURES AFRICAINES DE1960 à 2000 : |
-------------------------------------------------
INTRODUCTION :
L’Afrique, continent oublié. Une formule choc, reprise à l’envi pour illustrer les drames qui se nouent sur le continent. Une formule cependant facile qui masque le soutien indéfectible dont bénéficient nombre de dictateurs africains.
Depuis les années soixante, laFrance confisque l’indépendance de nombre de ses anciennes colonies africaines en y maintenant un système d’exploitation clientéliste et néocolonial. La Françafrique, décrite dans de nombreux ouvrages par François-Xavier Verschave, repose, en effet, en grande partie sur le soutien politique, économique et militaire à des régimes choisis, parfois même qualifiés d’« amis ». On se souvient de ladéclaration de Jacques Chirac, en février dernier, présentant le défunt dictateur togolais Eyadéma comme « un ami personnel et un ami de la France ». Cette phrase, qui a suscité une vive polémique, montre combien le Togo peut être considéré comme un cas d’école en matière de dérives « françafricaines ».
Dénoncer l’abomination :

C’est d’ailleurs la mascaradeélectorale togolaise de 2003 (qui annonçait déjà celle d’avril 2005) et son indigne cautionnement par la diplomatie française qui avait, en grande partie, convaincu Survie de s’engager dans une large campagne de mobilisation contre le soutien affiché par les plus hautes sphères de l’Etat français à l’égard de certains despotes africains. Citons le Togo du clan Eyadéma, le Tchad d’Idriss Déby, le Congode Sassou N’Guesso, sans oublier le Gabon d’Omar Bongo, le Cameroun de Paul Biya, la Mauritanie, Djibouti, etc. Lancée en mai 2004, la campagne « Les dictateurs amis de la France ?! » part du constat que certains dictateurs africains ne tiennent que grâce au soutien de la France, que ces dictatures ne sont pas démocratisables et qu’il est du devoir des citoyens français, sans pour autant faire del’ingérence, de dénoncer le rôle de la France dans le maintien de ces régimes. Soutenue par de nombreux partenaires et démocrates africains, elle s’appuie sur un double postulat qu’il convient de marteler. La dictature est une aberration, une abomination qui doit être dénoncée et combattue partout (sous entendu également en Afrique). Soutenir une dictature est une attitude hautement condamnablequi ne saurait trouver aucune justification.
Combattre les préjugés :

Cette posture intellectuelle ou morale, pourtant couramment admise lorsqu’il s’agit de n’importe quelle région du monde, trouve curieusement beaucoup moins d’adeptes lorsqu’on parle du continent africain. Les préjugés sur l’incapacité postulée des Africains à accéder à la démocratiesont en effet tenaces, révélant des relents racistes parfois puissamment ancrés dans la société française. Le conditionnement médiatique mais aussi idéologique (héritier de notre histoire coloniale) est tel que beaucoup de nos concitoyens, et même de nos décideurs, voient encore la dictature comme une fatalité pour l’Afrique ou, plus pragmatiquement, une garantie de stabilité. Cette « stabilité »rassure les investisseurs et les prédateurs de matières premières et, pour les adeptes des visions simplistes et tronquées, elle est censée éviter les conflits ethniques qui effraient tant l’opinion publique occidentale. Ce dernier argument est particulièrement sournois puisqu’on sait que ce sont souvent les dictateurs eux-mêmes qui exacerbent les sentiments d’appartenance ethnique en s’appuyantsur des systèmes claniques. Un autre argument fallacieux régulièrement brandi pour défendre le soutien aux régimes dictatoriaux est celui de l’incapacité postulée des oppositions politiques africaines à proposer une alternative crédible à ces régimes. Là encore le bon sens voudrait que l’on ne voit dans la division ou la faiblesse des oppositions politiques que la conséquence logique de la...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • initiation aux valeurs traditionnelles
  • Initiation
  • Initiation
  • Initiations
  • Initiation
  • Initiation
  • Initiation
  • Mon Initiation

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !